Non classé

Isabelle Vitari de Nos Chers Voisins dans son one-man Rire en interview pour Le Mensuel – 2012

By  | 
Isabelle Vitari

en interview 

interview_isabelle-vitari_spectacle_rire_paris_2012-02   

 


ISABELLE VITARI
 
 
 

Dans « Nos Chers Voisins » sur TF1 et dans son one-woman-show « Rire »

 

« J’en avais marre de dire les mots des autres,

c’est pour ça que j’ai voulu faire mon propre spectacle ! »

Isabelle Vitari est un visage bien connu de la télévision française. Actrice dans de nombreux téléfilms, elle a également marqué les esprits dans la série « Seconde chance » et vous accompagne désormais chaque soir sur TF1 dans la série quotidienne « Nos chers voisins ».
En parallèle sur scène dans son tout premier one-woman-show sobrement mais efficacement intitulé « Rire »,
la belle brune ne regrette aucune de ses précédentes expériences, au contraire, elle les revendique !
Heureuse de faire partie de votre vie chaque soir dans le rôle de Karine Becker, elle vous invite à découvrir son univers corsé sur scène !
 

{youtube width= »810″ height= »480″}aHWHDDvxjZM{/youtube}

 

interview_isabelle-vitari_spectacle_rire_paris_2012-01Morgane L : La passion de la scène est arrivée très tôt ?
Isabelle Vitari : Oui, un peu par hasard, c’est mon professeur de danse qui l’a conseillé à mes parents… Peut-être pour se débarrasser de moi ! (rires) Et puis j’ai commencé à m’intéresser à des projets qui m’ont vraiment passionnée et là, j’ai été mordue ! Ensuite, mes parents m’ont beaucoup aidé en m’offrant des cours de théâtre et m’accompagnant au cours Simon alors qu’on vivait en banlieue. C’était merveilleux !

A quel moment avez-vous senti que vous alliez en faire votre métier ?
En grandissant seulement. Je n’avais pas trop confiance en moi mais petit à petit, avec l’expérience et avec l’âge, j’ai vraiment eu envie de faire ce métier vers 24 ans.

Vos premiers pas d’actrice ont été faits avec un collectif ?
Oui, c’est là que je me suis vraiment éclatée ! On suivait tous les cours de théâtre et on s’est dit qu’on ne voulait pas attendre que le téléphone sonne. On ne voulait pas courir les castings ! C’était le tout début des petites caméras vidéo
et on a commencé à faire des courts métrages. On s’est ensuite fait repérer comme ça, avec notre univers et notre folie surtout !

Et ça a cartonné directement ?
Oui, on nous disait aussi qu’on était les nouveaux Robins des Bois mais on ne l’a pas été du tout ! (rires) Il y avait un petit frémissement avec « Les Quiches », on était quand même dans cet acabit là. On faisait des petits clips sur Canal +, on a fait un long métrage mais on n’était pas assez solide.

Désormais, on vous voit un peu partout, au théâtre, à la télé… et maintenant seule en scène…
Oui, ça offre une expérience complète. Surtout le théâtre, je suis ravie ! J’ai fait des pièces pas possibles, dans des bars, parfois devant trois personnes et où je n’étais même pas payée mais j’ai voulu m’y frotter pour apprendre. Ça m’a formée et maintenant quand je joue même dans un petit théâtre, ça ne me dérange pas ! J’ai fait tellement pire ! (rires) Au contraire j’ai des armes et ça a nourri mes textes… Ça m’a nourri tout simplement…

Contrairement à d’autres acteurs, vous aimez participer à des séries télé, à des téléfilms…
Oui c’est vrai, absolument, pour moi c’est mon travail. Et quand on le fait juste avec amour, que l’on a envie de jouer et quand on le fait avec cet esprit là, il y a beaucoup moins de problèmes et on se pose surtout moins de questions. La télé n’est pas moins valorisante que le cinéma ou le théâtre. J’ai envie que la vie soit belle, j’ai envie de m’amuser, de faire passer des messages. J’en avais marre de dire les mots des autres, c’est pour ça que j’ai voulu faire mon propre spectacle et c’est le bonheur !

Le déclic de monter seule en scène est arrivé comment ?
C’est une excellente question… Ça faisait très, très longtemps que mes amis me disaient que j’étais drôle dans la vie et qu’il fallait que j’écrive mon one man show mais j’avais trop peur et puis je n’avais rien à dire. Et c’est après la série « Seconde chance » que j’ai commencé à prendre des notes. J’avais des choses à dire sur la vie, j’avais des expériences, du vécu… Le célibat est quelque chose de violent, on voit la vie autrement quand on est seul. J’avais envie d’en parler avec humour, comme toujours, car c’est comme ça que je vois la vie !

Quel est votre univers humoristique ?
J’ai un univers et un humour assez trash tout en restant très clean, très élégante. J’adore dire des monstruosités, j’aime choquer ! Mais l’air de rien, avec un petit regard un peu naïf, un peu gentil comme si je n‘avais rien de spécial… Je me régale, avec un aplomb un peu naïf, c’est génial, c’est un bonheur ! Ce n’est pas vulgaire, ça passe, c’est dingue et j’en suis la première étonnée. Maintenant à 35 ans je peux le dire, je peux dire un peu ce que je suis, à 20 ans je n’étais rien, je n’étais pas finie, je n’avais rien à dire et quand on n’a rien à dire, on se tait et on apprend ses textes ! (rires)


Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Interview parue dans Le Mensuel n°332 – Décembre 2012

Retour aux interviews

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply