INTERVIEW

Noëlle Perna Mado la Niçoise en interview filmée pour Le Mensuel en 2013

By  | 
Noëlle Perna

en interview 

noelle-perna-interview-filmee-2013-N

 

 


NOËLLE PERNA
 
 
  

Dans « Mado prend racine… »

 

« Ce qui m’importe, c’est de rendre les gens heureux,

partager de la joie avec eux, leur ouvrir mon coeur,

leur donner l’espoir qui manque aujourd’hui… »

C’est dans la nouvelle aventure de Mado la Niçoise que sa créatrice, Noëlle Perna, propose de vous embarquer.
Un seul conseil : attachez vos ceintures ! Car même si elle a des idées à revendre et qu’elle trouve toujours à nous étonner, Mado est restée la même et vous ne serez donc pas à l’abri de ses dernières folies ! Ayant pris goût au « chauve-binz », la plus célèbre des méditerranéennes a décidé de remonter une nouvelle fois sur les planches en interprétant « Phèdre » de Racine en compagnie de clients de son bar à qui elle a décidé de redonner la joie de vivre… Et avec cette tornade colorée, tous les moyens seront bons ! Ne dites pas que vous n’avez pas été prévenus… 
 

{youtube width= »810″ height= »480″}ZgDm250nWMA{/youtube}

 

   

humour_mado-la-nicoise_noelle-perna_nice_2012Morgane L : Ce nouveau spectacle a changé de nom ?
Noëlle Perna : Oui, il s’appelait « Mado remet sa tournée » mais les gens comprenaient que Mado remettait, repoussait sa tournée… Alors, on s’est dit qu’il fallait vite changer le titre car il était équivoque. C’était pourtant une bonne idée de remettre sa tournée comme dans les bars… (rires)

Du coup, « Mado prend racine » ?
Oui, ça nous a plu parce qu’il y a trois sens là aussi. Ça signifie qu’elle s’installe vraiment dans le showbizz, qu’elle s’empare de Racine (l’auteur évidemment) mais également qu’elle a beaucoup de racines, les miennes…

Vous êtes une des seules à pouvoir se permettre de programmer deux dates par ville…
Je n’aime pas tellement les salles au dessus de 1000 places ça. J’aime aller dans les petites villes, pas toujours connues. Ce ne sont peut-être pas les lieux les plus prestigieux mais en attendant, il y a mille personnes qui sont dans la salle ! Ce sont des spectateurs autant que ceux de Paris ou de Bordeaux. Et je profite plus d’eux. C’est cet échange qui est intéressant. Je ne suis pas seule dans l’histoire.

On retrouve le personnage-phare, Mado. C’était une évidence pour vous qu’elle soit dans ce spectacle ?
Oui c’en était une parce que Mado a une grande qualité, celle de pouvoir aller dans toutes les directions ! Elle ne limite pas le travail, au contraire elle ouvre des portes. Et dans ce spectacle, elle va même camper jusqu’à six personnages ! Elle ouvre constamment de nouvelles voies.

Quelle est sa nouvelle trouvaille cette fois-ci ?
Elle a décidé de faire un chauve-binz culturel avec une vocation supplémentaire… Faire un spectacle « solidaire » en prenant, non pas des artistes, mais des clients de son bar pour les rebooster et les éloigner de leur morosité permanente. Elle embarque donc sa troupe de bras cassés dans un projet improbable, « Phèdre » de Racine, qui les entraînera dans une grande tournée à travers toute la France ! On est toujours surpris avec Mado, on ne voit rien venir et c’est nécessaire parce qu’on la connaît tellement bien aujourd’hui qu’il faut qu’elle nous surprenne encore… Et comme elle est incontrôlable et improbable, elle va encore aller dans des zones nouvelles…

Vous êtes fidèle à Mado mais à aucun moment vous n’avez eu envie de l’abandonner quelques temps pour faire autre chose ?
Je suis dedans aujourd’hui alors je ne me pose pas la question. Ce qui m’importe c’est qu’elle me donne un sentiment de liberté. Il se pourrait qu’un jour je ressente qu’il faille l’abandonner complètement mais ce n’est pas la question du jour ! Même si pour l’année qui vient, 2013, j’ai deux projets de films où je n’interprèterai pas Mado. Ce seront deux rôles qui n’ont rien à voir avec elle et pour moi c’est déjà bien assez ! (rires)

Quels seront ces personnages ?
J’interprèterai un personnage du Midi, beaucoup moins prononcé que Mado, dans un projet de film avec Les Chevaliers du Fiel. Le second film sera une comédie avec une réalisatrice très connue, mais comme c’est encore embryonnaire, on garde le secret. Mais je peux vous dire que je suis très heureuse de cette proposition parce que c’est un rôle principal…

Le Bar Théâtre des Oiseaux dans tout ça ?
C’est mon « hobbie » principal. Il y en a qui font du golf, moi c’est le « Bar-Théâtre des Oiseaux », j’aime trouver de nouvelles idées !



Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply