Non classé

Interview de Patrice BOUCHON créateur du festival Crazy Week 2012

By  | 
Patrice Bouchon

en interview  vidéo

patrice-bouchon  

  

 
Patrice BOUCHON

 
Créateur du Festival Crazy Week !!!

  

« L’objectif de cette année, c’est d’accueillir 15 000 personnes ! »

Fort de son succès l’an passé, le festival niçois des musiques actuelles, Crazy Week !!!, créé par Patrice Bouchon, récidive ! Il n’est pas aisé pour un festival de se faire une place mais celui-ci semble bien s’être offert une place de maître à en croire la qualité de sa programmation 2012..Mika en ouverture, Roger Hodgson en clôture, Shaka Ponk et Brigitte entre les deux… Si vous non plus, vous n’arrivez pas à choisir, offrez-vous le Pass Crazy Week !!!

Réservez ici !

 
 

{youtube width= »810″ height= »480″}vTL6MAobZ9s{/youtube}


crazy-week-officiel_ITWMorgane L
: L’origine du Festival « Crazy Week !!! » ?

Patrice Bouchon : Il faut se reporter 6 ans en arrière et à l’époque ça s’appelait « Les enfants du rock ». C’était un festival qui durait deux jours consécutifs, déjà au Théâtre de Verdure. On y accueillait une tête d’affiche par soir et au fil des ans, on a essayé de grandir de façon raisonnée.
En 2010 le festival a changé de nom pour s’appeler « Crazy Week » et est passé sur cinq jours consécutifs avec toujours la même idée : deux artistes « têtes d’affiches » par soir avec un groupe local en ouverture.
Cette année, ce sera la troisième édition sous le nom de Crazy Week.
Il a pris énormément d’assurance à en voir sa réputation ?
On n’a pas essayé de faire n’importe quoi trop vite. On a laissé « le temps au temps », surtout le temps que le public prenne bien conscience qu’il y avait un festival de musiques actuelles à Nice, que sa raison d’être était de perdurer, de revenir chaque année et ça c’est vrai que ce n’est pas évident…
On a affiné un peu la direction artistique, on a essayé de faire de meilleurs choix  et là ça commence à payer.
L’édition de 2011 a été une belle réussite et cela a permis l’élaboration de l’édition 2012 en accueillant des artistes médiatisés et même surmédiatisés ! (rires)
Comment se passe l’élaboration d’un tel festival ?
La programmation d’un festival se fait d’une année sur l’autre. Pour certains artistes, j’ai contacté les productions depuis le mois d’août 2011 pour les avoir sur l’édition de 2012.
Dans un premier temps, indépendamment de l’aspect artistique pur, le choix d’artistes, la programmation c’est avant tout du relationnel humain et un carnet d’adresses !
Roger Hodgson, ça fait quatre ans que je veux l’avoir ! Pour Mika ça a mis trois mois et demi !
Shaka Ponk, on me les a proposé l’année dernière mais je n’ai pas souhaité à l’époque. Là, je pense les avoir pris la bonne année. J’ai choisi d’attendre un an en misant sur leur réussite…
Faire de la programmation c’est aussi oser dire non, c’est oser attendre. Mais c’est aussi miser sur un artiste.
Patrice-Bouchon0073_ITW

Comment arrives-tu à répartir tous ces artistes pour obtenir le juste équilibre ?
C’est vraiment basé sur l’artistique. Il y a une quinzaine d’artistes et il faut que ce soit artistiquement judicieux, je ne veux pas mélanger et croiser les styles artistiques.
L’artiste principal de la soirée donne l’idée directrice du style, Dionysos, c’est du « pop-rock » on ne peut pas mettre Brigitte devant. Ce serait très « osé » ! (rires)
Brigitte, c’est un univers décalé alors j’ai cherché quel artiste était lui aussi assez décalé, il n’y a pas vraiment beaucoup de choix ! Julien Doré, ça a donné la petite touche. Les gens sont contents parce qu’il se produit assez peu, surtout en festival, donc l’association Brigitte-Julien Doré fonctionne, on le voit sur les ventes.

Que peut-on souhaiter au festival « Crazy Week !!! » ?
Que le festival soit complet ! Qu’on affiche fièrement « SOLD OUT », « COMPLET », de pouvoir dire « Ne venez pas, vous ne pourrez pas entrer, il y a trop de monde, on a vendu tous les billets » ! (rires) Ça c’est vraiment notre objectif.
Chaque année je me fixe un objectif. L’an dernier c’était d’attirer 10 000 personnes, l’objectif de cette année c’est d’en accueillir 15 000… on va voir !



Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel

Vidéo en cours de montage par Aurélien Didelot

Retour aux interviews

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply