COUPS DE COEUR

Florent Peyre en interview pour son spectacle « Nature »

By  | 

 

« C’est un véritable engagement physique « coûteux »…»

 

Dès ses débuts, l’énergie et la folie de Florent Peyre ont été plutôt palpables… Et contrairement aux idées reçues, tout ne s’arrange pas en vieillissant ! Toujours aussi à fond que lorsqu’il incarnait Mario Bros, l’humoriste est revenu avec une nouvelle création scénique – Nature – encore plus dingue que la précédente ! Passionné par l’idée de donner vie à des personnages, Florent Peyre a cette fois-ci eu l’idée d’en créer une vingtaine et de les faire vivre ensemble, dans une même pièce mais tous interprétés par un seul et même comédien : lui !

 

 


 

🎟️ Florent Peyre dans « Nature » à l’Espace du Thiey de Saint-Vallier-de-Thiey le 04 septembre 2021 à 20h30 (28.00€) 

au Festival OFF d’Avignon du 07 au 25 juillet 2021 • aux Plages du Rire de Nice le 03 août 2021 • aux Nuits du Réal des Arcs-sur-Argens le 04 août 2021

 

 


 

 

Morgane Las Dit Peisson : Un nouveau spectacle, Nature, avec Éric Métayer à la mise en scène…

Florent Peyre : On s’est raté plein de fois à cause de questions d’emploi du temps. La seule fois où on a un peu avancé ensemble sur un projet de pièce, Andréa Bescond est venue me coacher en danse à la maison et bizarrement, je n’ai plus été rappelé ! (rires) Mais dès que l’idée de la forme que je voulais donner à mon nouveau spectacle s’est dessinée, j’ai immédiatement pensé à Éric Métayer. Je voulais faire plein de personnages qui dialoguent entre eux et s’il y a bien une personne qui excelle dans cette pratique, c’est lui ! Il a quand même eu un Molière pour son seul en scène Un monde fou où il incarne tour à tour une trentaine de protagonistes, donc je savais que s’il acceptait, il m’apprendrait énormément, autant sur le jeu que le rythme ou la canalisation de l’énergie… C’est une chance de travailler avec quelqu’un comme lui !

 

Jonathan Lambert & Florent Peyre en interview

 

Une comédie musicale écolo ?

Exactement ! Ou en tous cas, c’est ce que mes personnages vont tenter de mettre sur pied ! (rires) Je vais donc interpréter tous les membres d’une troupe de comédie musicale le soir de la première ainsi que leurs techniciens. Florent – le personnage qui l’a écrite – est persuadé qu’il va changer le monde avec sa création ! (rires) L’histoire débute un quart d’heure avant le lever du rideau et s’achève aux saluts… C’est intense à jouer parce que c’est la vie d’une troupe sur scène mais aussi dans des coulisses où il se passe beaucoup (trop) de choses ! (rires) Il y a une flopée de personnages entre le directeur, la productrice, les musiciens, le régisseur, l’électricien, les danseurs, les comédiens… Tous ont le trac et passent leur temps à courir dans tous les sens comme c’est le cas pendant chaque vraie première ! Évidemment, j’ai imaginé une équipe de bras cassés donc rien ne se passera comme Florent l’espérait ! (rires) On ajoute à ça qu’il est devenu un petit dictateur de l’écologie et qu’il a donc décidé d’imposer à tout le monde un mode de fonctionnement plus écolo… Entre nourriture, déchets, matériaux, lessives, il emmerde toute l’équipe et lui complique fortement l’existence ! (rires)

 

 

Un spectacle théâtralisé…

C’est complètement ça ! Je suis toujours seul en scène (en tous cas physiquement) mais tout est imbriqué dans une histoire écrite comme une pièce. Ça donne un résultat assez hybride puisqu’on a gardé les codes du one-man dont « l’obligation » de faire rire régulièrement. De toute façon, étant addict au rire, je le recherche même quand il n’est pas prévu ! (rires)

 

Florent Peyre en interview

 

Un spectacle « rinçant » non ?

Oh que oui ! (rires) Physiquement, mentalement et vocalement, c’est épuisant ! (rires) Le soir de la première, entre le manque « d’habitude » et le stress de ne pas y arriver, je crois qu’on aurait pu me sortir sur une civière ! (rires) Les dizaines de représentations qui ont suivi m’ont permis, comme dans le sport, d’apprendre à m’économiser, àmieux placer ma voix quand je passe d’un personnage à l’autre, à mieux respirer entre deux répliques pour « récupérer » ou à trouver le petit moment où boire de l’eau… Nature est un véritable engagement physique « coûteux » mais c’est ce que j’aime ! Je me fais ma sieste, mon yoga, ma douche, mes étirements, mes vocalises et dès que ça commence, je donne tout ce que j’ai et je voyage en jouant ! Quand je me mets dans la peau de mes personnages, je les vois et je les entends, je suis tellement dans l’histoire que je raconte que j’ai l’impression que ça existe vraiment pendant 1h30…

 

Et le public aussi…

C’est le plus beau compliment qu’on puisse me faire ! Si tu ne me vois plus « moi » sur scène, c’est que j’ai vraiment réussi à donner vie à tous ces personnages… D’ailleurs, ce qui est un peu troublant à la fin du spectacle c’est que je les fais tous saluer et qu’à l’intensité des applaudissements, je capte que certains ont plus de succès que d’autres ! (rires) Ça veut dire que je ne suis pas le seul à croire en eux…

Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel / Photos droits réservés


Interview parue dans Le Mensuel n°422 d’été 2021

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply