INTERVIEW

Florent Peyre en interview

By  | 

Raphaëlois de coeur, Florent Peyre revient jouer là où il a fait sport-étude mais aussi écrit son 1er one-man pour y présenter sa toute nouvelle création : Nature… Un spectacle mis en scène par Eric Métayer et en musique par Pascal Obispo dans lequel le comédien nous ouvre les portes des coulisses d’une salle de spectacle où va se jouer la première représentation d’une toute nouvelle comédie musicale. Pour que ça ait l’air plus vrai que nature, l’humoriste devra se glisser dans la peau de pas moins de 20 personnages…


« C’est important de chercher à dépasser ses limites ! »


MORGANE LAS DIT PEISSON : Avoir Incarné Vincent dans Le prénom pendant des mois aura un impact sur ton nouveau spectacle ?

FLORENT PEYRE : Chaque expérience nous fait grandir. J’ai ouvert les yeux sur différentes manières d’aborder ce personnage qui m’aura accompagné pendant plusieurs mois et que j’ai continué à peaufiner jusqu’à la fin… C’est certain que je n’aborderai pas mon prochain spectacle comme le 1er car ce projet – tout comme Raid dingue, Ma reum ou Mission Pays Basque – m’a nourri. Mon précédent spectacle était déjà plutôt théâtral et Le prénom m’a conforté dans cette volonté là. D’ailleurs, mes personnages seront un peu plus fins même si j’adore toujours autant le côté cartoon que permet le one-man…

Un nouveau chapitre va bientôt s’ouvrir…

Je n’ai eu en réalité qu’un seul spectacle que j’ai joué pendant plus de 10 ans… Il a constamment évolué depuis la première écriture à Saint-Raphaël en 2006 à force de retouches avec ma metteure en scène et avec mes potes co-auteurs avec qui je travaille sur NaturePhilippe Caverivière et Matthieu Burnel – mais, jusqu’à présent, je ne suis jamais vraiment parti de « zéro » comme j’ai dû apprendre à le faire cette fois-ci. En toute franchise, ça fait peur mais c’est hyper excitant en même temps ! C’est un peu comme un saut dans le vide !

Des envies particulières ?

J’aime énormément le jeu de Philippe Caubère et mon objectif dans Nature, c’est de réussir à, comme lui, être capable d’incarner plusieurs personnages qui dialoguent entre eux avec réalisme et fluidité… C’est un défi de taille mais c’est important de chercher à dépasser ses limites et à surprendre le public…

Un peu de nostalgie ?

Forcément… J’ai aimé chacun de mes personnages et d’ailleurs, le soir de la dernière, je leur ai dit au revoir… On a passé beaucoup de temps ensemble donc les quitter n’était pas si anodin… Mais maintenant, ça va, on a passé un cap et on s’envoie régulièrement des cartes postales ! (rires)

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson à l’automne 2019 au théâtre Le Forum de Fréjus 


Site / Facebook / Instagram / Twitter / Youtube


Interview parue dans les éditions n°417 #1, #2, #3 et #4 du mois de septembre 2020

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply