Non classé

YODELICE – Interview

By  | 

YODELICE

en interview

« Etre essentiellement à l’instinct et dans l’instant présent »

 

YODELICE  

  
J’avoue que je ne savais pas à quoi ou plutôt à qui m’attendre… Maxim Nucci alias Yodelice est un personnage mélancolique hors du commun, poétique et généreux ! Une délicieuse rencontre
  
Morgane L : Perçons le mystère Yodelice… un peu burtonnien ?
   
YODELICE : Yodelice est un clown qui vient d’un pays imaginaire qui s’appelle Spookland, né il y a à peu près 3 ans et demi… C’est vrai que les références burtonniennes me flattent, c’est génial, mais ce n’est pas du tout là où j’ai puisé l’inspiration. J’ai été marqué par le cinéma impressionniste du début du siècle, les films sur la différence, l’univers du cirque…
  
Son histoire ?
 
Elle se construit au fur et à mesure de la vie et comme n’importe qui, il est en mutation, il vit ! Le grand malade, il faut appeler Ste Anne tout de suite ! (rires)
  
Yodelice, projet schizophrénique ?
  
Au bout d’un moment, on vit avec tous les jours, on y pense donc forcément on développe une petite schizophrénie !
Il te permet d’aller plus loin ? /// Tout à fait ! J’ai longtemps été réservé, je ne me voyais pas chanter des choses extrêmement personnelles sur scène et Yodelice m’y a aidé… 
   
Ton 2ème album Cardioïd, en anglais…
  
YODELICE_BCe n’est pas très grave dans l’univers de Yodelice de ne pas forcément comprendre la langue même s’il raconte une histoire importante. On peut y être sensible sans comprendre les mots.
   
Le 1er titre…
  
Effectivement, « Breathe In » donne vraiment le ton de l’album qui est dans le lâcher prise, là où le 1er album était très personnel, introspectif, nostalgique, beaucoup sur la nostalgie de l’enfance… Cardioïd est vraiment dans le lâcher prise, c’est quelque chose d’essentiel pour moi, ça fait partie en tous cas aujourd’hui de ma quête de musicien et d‘homme… c’est sortir de tout mode théorique et essayer d’être essentiellement à l’instinct et dans l’instant présent. Inspirer, expirer… Cette chanson est très sensorielle…
   
A l’écoute, les images arrivent en flash…
    
C’est génial parce que je compose comme ça… Je vois d’un coup des images, des textures, des points géographiques, alors si c’est ressenti comme ça après, c’est ce qu’il y a de plus gratifiant !
   
Tes musiciens qui ont leurs propres personnages interfèrent sur ton projet ?
  
Evidemment, tous les clowns de la clique Yodelice sont très inspirants et inspirés, ils contribuent à densifier et enrichir l’univers de Yodelice. C’est du partage…
Sur scène à Nice le 10 novembre /// Selon les salles, le show change… je ne sais pas encore ce qu’on va proposer à Nice. J’essaye de ne jamais faire trop longtemps les mêmes spectacles, j’ai besoin de nous mettre en danger !
  
Encore en tournée cet été avec le 1er album, tu enchaînes avec le 2nd et la tournée directement, tu as eu le temps de réaliser ?
  
Je le réalise sur scène. Yodelice est avant tout un projet de scène, ça fait 3 ans qu’on tourne non stop et on voit les capacités de salle changer, il y a plus de monde… Ce que je vis c’est l’essence même de mon métier, je suis très épanoui. Mais je connais ce métier, ses hauts et ses bas, alors avec Yodelice, j’essaye de rester dans cette démarche artistique… 
  
Le clip de « More than meets the eye » est sublime, psychédélique, hypnotique…
  
Merci, c’est Bastien Duval, un autre clown qui n’est pas sur scène mais qui est très important pour moi qui l’a réalisé, on a peaufiné Yodelice ensemble. Dans l’œil il y a le reflet de l’âme…
   
On a l’impression d’entrer dans un cirque fantôme…
  
Décidément merci ! J’espère que tout le monde ressentira les choses de la même manière !
    
Marion Cotillard…
   
Marion alias « Simone » est vraiment un membre du groupe Yodelice. C’est une interprète extrêmement douée, elle a quelque chose d’exceptionnel, on la sent capable de tout faire. On la retrouvera sur la 2ème tournée.

Guillaume Canet t’a fait tourné dans « Ne le dis à personne » et « Les petits mouchoirs » sorti hier /// Oui et ils ont fait un carton ! Je suis très content pour lui. C’est un génie qui a beaucoup de talent. C’est un cinéma très difficile à faire, je suis très fier de mon pote !

   
Un rêve ?
  
La réalisation cinématographique… mais quand j’aurai un peu plus d’expérience de vie pour être juste dans mes propos…
  

Votre avis…

Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
 

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply