COUPS DE COEUR

Romane Bohringer partage la scène avec Diouc Koma dans « Mon pays, ma peau » au Broc

By  | 

« Mon pays, ma peau » avec Romane Bohringer et Diouc Koma

théâtre / récit et lecture

  • 28 janvier 2023 / 20:30 / Le Broc / Les Arts d’Azur

 

 

« Mon pays, ma peau » : Le temps de la réconciliation

Deux sur scène, dans un dénuement presque total, côte à côte, face au public, Romane Bohringer et Diouc Koma ne sont pas là pour « jouer » mais pour « rendre compte », témoigner, partager un bout d’histoire. Celle de l’Afrique du Sud. Celle d’un territoire divisé et meurtri par des décennies d’Apartheid. Celle d’un territoire qui a dû, après l’élection de Nelson Mandela, apprendre à se réunifier. Sur le papier, la tâche semble évidemment facile à accomplir : plus de haine, plus de ségrégation, plus de violence mais dans les faits, au quotidien, comment y parvenir ? Comment réapprendre à accepter celui qu’on nous a appris à détester ? Comment pardonner à ceux qui nous ont opprimés ? Pour tenter d’y parvenir et faire en sorte que toutes les parties prenantes puissent faire entendre leurs voix, le premier président noir d’Afrique du Sud a créé, dès son avènement au pouvoir en 1994, une commission intitulée « Vérité et Réconciliation » où chacun est invité à s’exprimer.

 

 

Sous les traits de la journaliste et poétesse afrikaner (sud-africaine blanche) Antjie Krog qui a écrit « Je me fais un pays où Noirs et Blancs, main dans la main apporteront amour et paix, dans mon beau pays », Romane Bohringer permet l’unité de cette partition en 9 saynètes où face à elle, Diouc Koma incarne quant à lui tant des puissants que des misérables, des noirs que des blancs, des victimes que des bourreaux qui ont façonné cette histoire moderne pourtant si archaïque… Entre colère, pardon, incompréhension, négociation, acceptation et résignation, les deux comédiens détricotent la grande Histoire pour nous dévoiler toutes les « petites » qui l’ont façonnée, et interrogent sur la notion même du terme « pays » et de notre appartenance à celui-ci.

© Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel / Photo Xavier Cantat / Article paru dans Le Mensuel n°438 de janvier 2023

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply