COUPS DE COEUR

« Juste une embellie » entre Corinne Touzet et Raphaëline Goupilleau à Cannes

By  | 

 

« Juste une embellie », avec Corinne Touzet et Raphaëline Goupilleau

 

théâtre / comédie dramatique

Théâtre Croisette > Cannes (détails et billetterie dans l’Appli Le Mensuel)

 

« Juste une embellie », ou l’accalmie entre deux rivales

Depuis que le théâtre existe, les auteurs ne se lassent pas de pénétrer l’univers du couple… Alors que l’on pourrait s’imaginer qu’après des milliers de pièces écrites sur le sujet à travers le monde, celui-ci aurait fini par livrer tous ses secrets – y compris les plus inavouables -, il finit toujours par nous surprendre tant l’équation est éloignée de toute logique mathématique rationnelle. L’addition de deux êtres ne donnant jamais le même résultat en fonction des âges, des caractères, des antécédents, des fréquentations, des aspirations, des emplois ou encore des passions de chacun, il est impossible de tomber sur deux histoires identiques en tous points y compris lorsqu’il y a un dénominateur commun.

Dans sa pièce Juste une embellie, le britannique David Hare le démontre à merveille… Frances – incarnée par Corinne Touzet -, mère, femme au foyer et écrivaine, débarque sur l’île de Wight pour y rencontrer Madeleine – campée par Raphaëline Goupilleau, une femme libre et indépendante. Leur point commun ? Un homme. L’ex-mari de l’une et l’ex-amant de l’autre. Une même personne qui, au contact de deux tempéraments différents a été l’acteur de deux réalités aussi opposées que complémentaires, révélant ainsi deux faces d’un même être. Alors que l’on s’attendrait – à juste titre – que la pièce vire au pugilat, celle-ci va nous emmener bien au-delà. Loin du règlement de comptes, Juste une embellie s’interroge sur cette étrange équation qu’est le couple mais surtout sur ce qu’il est capable d’étouffer et de révéler chez ceux qui le composent…

© Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply