INTERVIEW

Bilal Hassani en interview

By  | 

Si c’est son apparence qui peut surprendre au premier regard, c’est sa maturité et sa pugnacité qui prennent immédiatement le pas lorsque le jeune homme commence à se livrer… gagnant de The Voice Kids, représentant de la France à l’Eurovision, Révélation Francophone de l’Année aux NRJ Music Awards et actuellement en tournée avec son premier album Kingdom, Bilal Hassani n’a, malgré sa jeune vingtaine, rien confié au hasard ! Travaillant sans cesse depuis sa plus tendre enfance dans l’optique d’arriver là où il est aujourd’hui, l’auteur-compositeur-interprète prouve qu’il n’est jamais ni trop tôt ni trop tard pour prendre son destin en main…


« Il faut apprendre à se trouver et s’admettre… »


MORGANE LAS DIT PEISSON : Le week-end des NRJ Music Awards est assez studieux…

BILAL HASSANI : On a beau venir à Cannes pendant deux jours, ça ne ressemble pas du tout à des vacances ! (rires) On ne s’en aperçoit pas en regardant l’émission chez soi mais il y a énormément de travail de préparation. C’est comme pour la tournée qu’on est en train de faire, on a répété, avec les danseurs, pendant un mois et demi jusqu’à huit heures par jour ! C’est très intense !

Tu avais conscience de ça ? 

J’ai toujours voulu chanter et puisque c’est tellement exceptionnel que des artistes réussissent à faire de leur passion leur métier, je me suis rapidement intéressé à l’envers du décor pour tenter de comprendre ce qui faisait que ceux-là y arrivaient… Je voulais découvrir leur recette magique ! (rires) J’ai regardé beaucoup de reportages et de documentaires et j’ai vite compris qu’en plus du talent, les ingrédients indispensables étaient le travail et la rigueur. J’avais tellement envie de réussir que tout jeune je me conditionné à ça alors je n’ai pas été surpris par la masse de travail. C’est parfois fatigant physiquement voire même moralement mais c’est tellement incroyable à vivre qu’on passe vite au-dessus de ça !

Un travail constant… 

Exactement ! Il ne faut pas croire qu’on apprend à chanter et qu’on est tranquille le restant de sa vie ! (rires) Le coaching vocal fait partie de l’hygiène du chanteur et, tout comme le sport ou la danse, il contribue à repousser les limites et à faire de nouvelles découvertes. Depuis que je fais ce métier, j’apprends des choses tous les jours, je me fixe de nouveaux challenges et ça m’ouvre le champs des possibles… J’adore ce que je vis !

Une création d’univers… 

J’ai tout de suite été très impliqué sur l’univers visuel, dès l’écriture de l’album d’ailleurs ! Je voulais pouvoir réinjecter les ondes qui nous traversent quand on crée dans tout ce que le public allait pouvoir voir par la suite, que ce soit mon apparence, les clips ou encore la pochette de l’album qu’a réalisé Fifou. C’est un photographe que j’admire beaucoup car il arrive, avec une simple image, à traduire l’atmosphère sonore d’un album… 

Quand j’écris ou quand je compose, j’ai énormément d’images qui m’apparaissent alors là aussi, travailler sur les clips et les imaginer était une évidence.

Sur tous les fronts… 

J’aime vraiment toucher à tout, je trouve ça passionnant… On a sorti un livre cette année (Singulier, éd. Plon), on a préparé une collection de vêtements qui va bientôt être dévoilée, on a travaillé sur les chorégraphies, sur la mise en scène de la tournée avec mon directeur artistique Julien Mairesse, on a peaufiné la setlist, les changements de couleurs, de tenues… C’est une multitude de petits détails mais c’est ça qui est enrichissant ! D’ailleurs, j’essaye parfois de lâcher prise en laissant les autres faire à ma place mais vu que ce n’est pas dans ma nature, c’est extrêmement difficile de ne pas m’en mêler ! (rires)

Chanter pour se faire plaisir mais aussi pour véhiculer des messages… 

En effet, je tenais à partager mon expérience pour peut-être pouvoir aider d’autres personnes à avancer. L’acceptation de soi est un thème qui me tient à coeur car c’est ce qu’il y a de plus important dans la vie. RuPaul a dit « Si tu ne t’aimes pas toi-même, comment vas-tu pouvoir aimer quelqu’un d’autre ? » et je crois foncièrement qu’il a raison. Il faut apprendre à se trouver et s’admettre pour pouvoir en faire autant avec les gens que l’on va croiser dans notre vie. C’est une démarche qui n’est pas facile et qui prend du temps mais j’espère que mes chansons inciteront tous ceux qui en ont besoin à entamer ce chemin…

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson à l’hôtel Le Majestic de Cannes pendant les NRJ Music Awards• Photos Fifou 

FacebookTwitter


Interview parue dans les éditions n°409 #1, #2, #3 et #4 du mois de décembre 2019

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply