INTERVIEW

Ahmed Sylla en interview

By  | 

 

Ces cinq dernières années, Ahmed Sylla s’est offert une fulgurante ascension… Après un petit rôle dans la série Alice Nevers, le juge est une femme et des participations très remarquées dans On n’demande qu’à en rire, le jeune comédien a en effet immédiatement su conquérir le public sur scène avec son second spectacle Avec un grand A avant de récidiver, pour sa première fois au cinéma, dans L’ascension où il s’est vu confier, il y a deux ans, le rôle principal ! Depuis, on l’a retrouvé dans le film Chacun pour tous, il s’est essayé à la réalisation, a préparé un long-métrage avec Alban Ivanov, a créé la série Access et a même trouvé le temps d’écrire et roder un troisième one-man-show Différent – qui semble déjà avoir remporté l’adhésion du public… 

 


« On est tous l’étranger de quelqu’un… »


MORGANE LAS DIT PEISSON : En pleine tournée…

AHMED SYLLA : Je suis dans un état d’esprit hyper cool, hyper chill car on a passé le cap de la phase « test » de ce spectacle et on sait qu’il commence à être sur une bonne vitesse de croisière. J’ai évidemment toujours envie de faire mieux que la veille mais je ne suis plus torturé par les doutes des premières ! (rires)

Espérer faire mieux motive à retourner sur scène chaque soir…

C’est exactement ça… Avec Moussa, mon frère et metteur en scène, c’est cette recherche de perfection qui nous pousse, après chaque représentation, à débriefer pour tenter d’améliorer la suivante. Rien n’est jamais figé dans le spectacle vivant et c’est ça qui est passionnant !

La tournée de rodage était pleine en permanence…

Savoir que le public s’est déplacé en masse pour découvrir quelque chose qui était en train de naître et dont il ne savait encore rien en achetant ses places, a été aussi touchant que stressant ! (rires) Ça a ajouté un peu plus de pression mais ça a surtout été un incroyable témoignage de la confiance qu’il avait en moi… Comme tout le monde, à mes débuts, j’ai joué dans des salles presque vides alors je ne peux que kiffer ce que je suis en train de vivre ! 

Un nouveau spectacle qui s’intitule Différent

J’ai voulu, dans ce one-man, aborder le thème des frontières pour essayer de comprendre comment, à travers toutes les différences qui existent, on arrive à s’y retrouver. Ça va de la frontière entre l’Homme et la technologie à celle qui sépare l’homme de la femme en passant par celle qui différencie l’Homme de l’animal sans oublier la question des frontières terrestres ou encore celle de la frontière entre la vie et la mort… 

Des questions universelles qui rappellent que bien qu’on soit tous différent, on se ressemble énormément…

C’est tout à fait ça, peu importe où l’on se trouve sur la planète, il faut essayer de garder à l’esprit que l’on est tous l’étranger de quelqu’un…

pas d’extrait sur le Net mais un teaser différent…

C’est toujours tentant de faire une bande-annonce pleine d’extraits de sketches afin de « vendre » son spectacle mais je reste persuadé que ça gâche un peu la « surprise » pour le public, d’où l’idée de ce teaser qui fait beaucoup plus penser à une publicité pour un parfum ! (rires) J’avais envie que ce soit un peu décalé et que ça rappelle que ce n’est qu’en vrai et sur scène qu’on peut réellement découvrir un artiste.

Un goût toujours aussi prononcé pour les personnages… 

J’adore incarner des personnages et des femmes en particulier ! Beaucoup de gens se souviennent de moi pour avoir « fait » la femme mais ce n’était pas une tactique pour me faire remarquer ni même pour me moquer mais juste pour rendre hommage à la gente féminine car je suis persuadé que les vrais super-héros sont en réalité des femmes ! (rires)

Entre cinéma, scène et télé, Tu n’as rien à envier aux super-héros…

(rires) Je n’en suis pas convaincu mais en tous cas, je m’éclate à vivre toutes ces expériences ! C’est très enrichissant de pouvoir s’essayer à différents projets… La série Access par exemple, que l’on a créée avec l’équipe du spectacle, est vraiment notre bébé à tous ! On avait à coeur de défendre ce projet là car il parle du métier d’humoriste et de la place que ce dernier occupe aujourd’hui dans la société. Ça dévoile toutes les difficultés qu’on rencontre quand on rêve de se lancer et toutes celles qui apparaissent quand on commence à y arriver… L’essence même de notre métier, c’est de faire croire aux gens dans la salle que tout va bien et que tout est facile pour nous sur scène, alors je trouvais intéressant de montrer, avec humour bien sûr, l’envers du décor… 

Pourquoi ce besoin de devenir quelqu’un d’autre ?

Je ne connais rien de plus agréable sur terre ! On peut faire dire ce qu’on veut à nos personnages, on peut vivre plein de destins sans jamais abandonner notre propre vie… Plus qu’un besoin de fuir ma réalité, je crois que je suis animé par une profonde curiosité qui ne fait que l’enrichir…

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson • Photos Mathieu Puga

Site du festivalFacebook d’Ahmed SyllaFacebook du festivalSite d’Ahmed Sylla


Interview parue dans les éditions n°402 #1, #2, #3 et #4 du mois d’avril 2019

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply