INTERVIEW

Norman en interview

By  | 

 

Si l’on est tous préoccupés par l’inéluctable phénomène du temps qui passe, Norman, un peu comme nos fidèles compagnons, pourrait avoir une durée de vie – virtuellement parlant – bien plus courte que la moyenne… Car si chaque année semble nous échapper dans la « vraie » vie,  celle-ci passe en un éclair pour n’importe quel webmaster ou Youtubeur qui, s’il ne s’est pas tenu à jour de toutes les dernières évolutions, risque fort de devenir obsolète ! Loin de cette course effrénée, c’est sur les planches avec son second one-man que Norman est bien décidé à savourer chaque seconde passée en compagnie d’un public présent en chair et en os !

 

NORMAN, « Le spectacle de la maturité » > Marseille / 10 avril 2021 (REPORT COVID-19 du 19 mars 2020)


« Je me sens comme un homme-orchestre ! »


MORGANE LAS DIT PEISSON : Le spectacle de la maturité a très bien fonctionné sur Paris…

NORMAN : Oui on a eu la chance d’afficher complet sur toutes les dates à la Cigale alors on s’est offert une petite prolongation au Casino de Paris et maintenant, avec l’équipe, on n’a qu’une hâte : débuter la tournée le 04 mars !

Un public présent dans un contexte tendu…

Le monde du spectacle a été très impacté sur Paris par la période de grèves alors je mesure vraiment la chance que j’ai eue que le public ait été présent en nombre chaque soir. Je ne juge pas du tout ceux qui manifestent mais j’ai de la peine pour les gens qui s’étaient achetés des places et qui n’ont pas réussi à venir… En tous cas, le fait que le public me suive dès le début sur ce nouveau spectacle a été hyper touchant !

Tu vas partir en tournée pour la première fois depuis que tu es papa…

Oui… Je ne sais pas encore ce que ça va donner ! (rires) Jouer à Paris est plus « confortable » sur ce point là car ça permet de rentrer tous les soirs chez soi et de voir sa famille par contre, une tournée, c’est jouissif ! C’est une aventure extraordinaire que je suis heureux de pouvoir vivre à nouveau même si c’est vrai que j’appréhende un tout petit peu de m’éloigner de ma fille… (rires) L’avantage c’est que tout a été bien étudié et que je devrais rarement être absent plus de 4 jours d’affilée !

Un second spectacle…

Je me suis amusé à l’appeler Le spectacle de la maturité parce qu’évidemment on a tous une étiquette sur le dos et moi, c’est l’ado qui fait des vidéos, seul dans sa chambre avec son chat ! (rires) On ne peut rien faire contre les préjugés mais on peut essayer de changer la donne en proposant constamment de nouvelles choses. Lors du premier one-man, j’étais le mec de Youtube qui allait sur scène et pour celui-ci, je crois que je suis le mec de Youtube qui avait bien marché sur scène la première fois et qui donne envie de voir ce que ça donne la seconde fois ! (rires) Bien sûr, il y a eu une petite pression avant de le présenter au public mais je ne suis pas certain qu’elle ait été plus intense qu’avec le premier spectacle…

Un one-man qui parle de toi…

C’est un pot-pourri de deux ans d’idées et de vie d’un mec de 32 ans, qui est papa, mais ce n’est pas le centre névralgique du spectacle. J’y parle de tout ce qui me passe par la tête et qui touche – ça s’est confirmé en voyant les réactions des gens – tout le monde ! J’en suis heureux car je ne voulais surtout pas faire un show nombriliste…

Il y a les propos mais aussi le jeu…

Oui même si les thématiques abordées et l’écriture sont évidemment essentielles pour faire un bon sketch, je crois que c’est tout de même le jeu qui prime… Je me rappelle avoir regardé le spectacle d’un humoriste américain et bien que je n’aie rien compris du tout, je me tapais des barres de rire juste grâce à son incarnation, son tempo et sa voix ! (rires)

Humoriste mais aussi comédien, auteur, scénariste, vidéaste…

J’avoue que je ne m’en rends pas vraiment compte car je n’ai pas l’impression d’être tout ça… Être considéré comme un Youtubeur, pour certains, peut apparaître très réducteur mais d’une certaine façon, j’ai l’impression que ça regroupe un petit peu toutes ces facettes. Je me sens comme un « homme-orchestre » qui, pour concrétiser une idée, a besoin de passer par différentes étapes… Mais pour des raisons pratiques, on a tous besoin d’être mis dans des cases, alors moi c’est « Youtubeur » qui fait du stand-up ! (rires) De toute façon, je ne me sens pas à 100% comédien comme je ne me sens pas à 100% scénariste, c’est le reflet de mon caractère… Je suis un touche-à-tout et je dois reconnaître que j’ai du mal à rester concentré sur un seul truc, c’est d’ailleurs pour ça que je sais jouer d’un peu de batterie, de guitare et même de ukulélé… Je suis un gros gamin ! (rires)

Un gamin qui fait rire mais pas que…

Exactement, j’aime bien dans mes vidéos insérer un petit peu de tout ce que j’ai appris en faisant des recherches sur un sujet. J’ai envie de faire rire ou en tous cas d’apporter un peu de détente et de légèreté aux gens mais j’aime aussi partager des impressions ou des connaissances avec eux… Par contre, j’avoue qu’au montage je sucre pas mal de passages trop sérieux ou trop « poussés » car il ne faut pas que je me prenne pour Jamy non plus ! (rires)

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson • Photos Morgan Preleur


Site / Facebook / Instagram / Twitter / Youtube


Interview parue dans les éditions n°412 #1, #2, #3 et #4 du mois de mars 2020

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply