INTERVIEW

Nicolas Vanier et Mélanie Doutey en interview

By  | 

Après « Belle et Sébastien », « L’Odyssée sauvage » et « L’École buissonnière », Nicolas Vanier – qui travaille déjà à son prochain long-métrage – s’est penché sur l’histoire vraie d’un homme brillant que sa passion a fini par éloigner de celle qui est devenue son ex-femme, mais aussi d’un fils avec lequel il semble n’avoir que très peu de points communs… Ce dernier, « condamné » pour les vacances à passer du temps chez son père, va apprendre à le découvrir à travers le projet de sa vie : guider des oies sauvages en ULM afin qu’elles évitent pendant leur migration toutes les zones dangereuses à leur survie…


« Je me reconnais beaucoup dans ce personnage un peu fou… »


Morgane Las Dit Peisson : Vous semblez prendre plaisir à présenter Donne-moi des ailes

Mélanie Doutey : Même si ça fait un petit moment qu’il a été tourné, Donne-moi des ailes est resté très vif et très présent dans nos esprits. Je me permets de parler au nom de l’équipe car on a tous gardé des liens, on s’entend réellement bien et on prend toujours plaisir à se voir. Quand un film nous touche et que tout se passe aussi admirablement, on a, même plusieurs mois après la fin du tournage, hâte de connaître les retours du public !

Rencontrer le public après plusieurs mois de travail...

Nicolas Vanier : C’est toujours passionnant de rencontrer le public, de recueillir ses impressions et de découvrir ses réactions car on ne peut jamais s’attendre à tout ! En l’occurrence sur ce film, on est très étonné de voir que tous les petits ressorts comiques fonctionnent bien au-delà de nos attentes puisqu’on ne prévoyait pas spécialement que Donne-moi des ailes prenne des allures de comédie… Il y a toujours une crainte qui plane car même si on travaille sans relâche, on ne sait jamais ce qui fera le succès ou l’échec d’un film…

Et contrairement à la scène, on ne peut plus rien retoucher…

Nicolas : C’est ce qui fait que je suis toujours extrêmement touché par la confiance que des acteurs peuvent m’accorder à moi, réalisateur… Bien sûr, l’histoire, les dialogues et le travail en plateau leur laissent présager d’un certain résultat mais c’est dans la salle de montage que tout finit par se jouer… Une mauvaise coupe peut malheureusement abîmer le jeu d’un comédien alors bien que je sois très précautionneux, j’éprouve toujours une certaine appréhension à leur dévoiler leur propre jeu que j’ai moi-même figé…

Un film aussi plaisant qu’intelligent…

Mélanie : Lors des avant-premières, j’ai remarqué que les gens étaient très touchés en particulier par le thème de la transmission qu’aborde Nicolas dans ce film. Il nous réveille sur plein de sujets tout en restant très tendre… Donne-moi des ailes transpire de ce qu’est son créateur, il délivre des messages humanistes et écologiques sans jamais brusquer, juger ni culpabiliser qui que ce soit.

Élever les consciences à travers l’art…

Mélanie : C’est exactement ça ! Ce film tient autant du documentaire que du conte tout en étant très moderne, drôle et terriblement émouvant ! C’est d’ailleurs la première fois que je me surprends à être chamboulée par une scène d’un film dont je connais par coeur le scenario ! (rires) 

Les oies sauvages dans le rôle principal…

Nicolas : Effectivement ! (rires) Que ce soit les acteurs, les techniciens ou moi, on était tous dans le même mood autour de patrons assez singuliers : les oiseaux ! (rires) Tourner avec des animaux n’est pas la chose la plus facile mais c’est, je crois, ce qu’il y a de plus enrichissant… Ils nous apprennent à être humbles, réactifs et à l’écoute, ils nous obligent à nous adapter à eux et nous offrent à chaque fois une expérience aussi unique que merveilleuse !

Donne-moi des ailes est inspiré d’une histoire vraie…

Nicolas : Dès que je me suis envolé avec Christian Moullec en ULM et que je me suis retrouvé au milieu des oiseaux, j’ai eu envie de faire de cette histoire un film tant pour les possibilités cinématographiques qu’elle offrait que pour les questions écologiques qu’elle posait. L’actualité nous le prouve malheureusement chaque jour, l’Amazonie brûle, l’Arctique fond et les oiseaux disparaissent…

L’histoire d’un homme qui n’hésite pas à faire des sacrifices…

Nicolas : C’est aussi ça qui m’a touché… Je me reconnais beaucoup dans ce personnage un peu fou qui sacrifie beaucoup de choses pour réaliser ses rêves… Dans ma vie, je me suis très souvent demandé jusqu’où j’étais capable d’aller pour assouvir mes passions… Défendre ses idéaux et tenter, à sa mesure, d’oeuvrer pour la planète vaut la peine qu’on donne beaucoup de soi mais si belle soit la cause, on devient égoïste si pour elle on saborde la vie des  gens qui nous sont le plus proches… Donne-moi des ailes parle en effet aussi de ça…

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson au Cinéma Le Lido de St Raphaël • Photos droits réservés

 


Site / Facebook / Instagram / Twitter / Youtube


Interview parue dans les éditions n°407 #1, #2, #3 et #4 d’octobre 2019

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply