Non classé

FESTIVAL RIRE 2011 – KEV ADAMS – Interview

By  | 

Kev ADAMS

en interview  vidéo

{jcomments on} 

Interview

Kev ADAMS
 

 
Festival du Rire de St Raphaël 2011

 


« On a vraiment bossé ce spectacle de manière à ce qu’il puisse plaire à chaque tranche d’âge.
Je n’avais pas envie d’exclure certaines personnes ! »


Avoir des aprioris, c’est humain… Et comme beaucoup, nous en avions au sujet de Kev Adams… Un peu par crainte de ne pas se sentir concernés par les thèmes qu’il allait aborder. Mais du haut de ses 20 ans, il faut bien l’avouer, il s’impose et habite la scène avec une aisance et une répartie à la fois naturelles et hors normes. Une exception, un grand artiste, un réel coup de coeur !

  

{youtube width= »810″ height= »480″}o6vaDKfpEUY{/youtube}

 

ADAMS_jaune_itw
Morgane L : Un succès impressionnant à seulement 20 ans…

Kev Adams : C’est comme un tourbillon magique qui arrive comme ça, très vite, et franchement tu essaies de bosser le plus possible pour être à la hauteur des gens, à la hauteur des professionnels, des gens qui sont là et qui t’accueillent, surtout à la hauteur du public.
On ressent quoi quand on est reconnu par ses pairs ?
Je crois que c’est très important pour un jeune humoriste quand les grands comme Roumanoff, Gad, Jamel t’invitent à faire des choses avec eux…

C’est un truc de fou parce que c’était des gens que je regardais en DVD quand j’étais plus jeune donc forcément tu as l’impression à un moment d’entrer dans le DVD !

C’est assez dingue en fait mais ce n’est que du bonheur, c’est super cool !

Ce succès n’est pas effrayant ?
Si ! Bien sûr, tu as toujours une angoisse, moi je suis hyper conscient que dans ce métier, un jour, tu as tout et que le lendemain, tu peux ne plus rien avoir.

Le seul truc que j’essaie de faire c’est de prendre tout ce qu’il y a à prendre, profiter, kiffer avec les gens, kiffer avec le public… profiter de ces moments là qui sont tellement forts. Et puis après le destin fera le reste, je veux juste ne pas regretter, je veux juste me dire que si demain tout ça s’arrête, j’aurais pris le max, j’aurais vraiment fait le top de mon kif !

Si ça n’a pas marché pour moi je pourrai dire à mes enfants « voyez, papa est boulanger mais à l’époque il a fait des spectacles ! ». (rires)

L’écriture des sketches…
La 1ère fois on a écrit les textes avec mes potes, vers 16-17 ans et puis à un moment, je me suis dit « il faut y aller » parce que je crois que j’avais très envie qu’on m’aime et que l’on me voit !

Ensuite j’ai eu la chance de rencontrer les auteurs Edouard Pluvieux et Michaël Quiroga qui font un travail sensationnel !
A chaque fois que je peux les remercier dans une interview, je le fais, parce que ce n’est pas facile d’écrire pour un mec comme moi !

ADAMS_0049itwJe suis assez « casse-couilles » comme on dit. J’aime vraiment qu’il n’y ait que du bon et que du frais. Ils taffent vraiment bien les deux ! On taffe tous ensemble évidemment mais avec eux, particulièrement bien, donc je les remercie !

Comment trouve-t-on le courage de monter sur scène ?
Je crois que c’est un truc où tu te dis « je n’ai pas le choix ».

Je me rappelle, la 1ère fois où je suis arrivé dans un petit café-théâtre parisien je me suis dit « je n’ai pas le choix, j’y vais, je ne peux pas faire autrement je le sens, c’est là qu’il faut que je sois ».

Depuis tout petit je fais du théâtre donc la scène a toujours eu une importance particulière pour moi.
Quand j’allais voir des pièces de théâtre j’avais souvent ce truc bizarre avant que la pièce ne commence… je regardais la scène et je me disais       « Ouah ! Quel bel endroit, comme c’est beau ! Et puis voilà, petit à petit, l’oiseau fait son nid ! » (rires)

Tes meilleurs souvenirs ?
Il y en a plein, plein, plein vraiment plein.
La 1ère partie de Gad au Palais des Sports a vraiment été un truc dingue !
L’Olympia avec Anne Roumanoff l’était tout autant… Le Marrakech du Rire c’était incroyable !

J’ai eu la chance de faire des salles en Belgique, le Festival de Poupet dans une salle de près de 3000 personnes, était incroyable ! (rires)

ADAMS_vert_itwLa pression ?
J’en ai beaucoup parce que souvent le compliment que me font les gens ce n’est pas « on vous aime beaucoup » c’est : « vous allez aller loin » et toi, tu sais tu ne sais pas par où il faut aller pour aller loin…

Tu stresses un peu donc bien sûr, tu as la pression… en particulier quand on te dit que tu es le futur Gad Elmaleh !

Mais c’est un compliment magnifique ! C’est le plus beau que l’on puisse me faire.
Jamel ou Gad sont un peu les meilleurs en ce moment donc, si l’on me compare aux meilleurs c’est que ça va non ? (rires)

Comment réussis-tu à toucher tout le monde ?
On a vraiment essayé de bosser le spectacle de manière à ce que justement il puisse plaire à chaque tranche d’âge. Je n’avais pas envie d’exclure certaines personnes.
C’est vrai que c’est un spectacle qui parle beaucoup aux ados et aux parents, ce sont les deux cœurs de cible mais, je n’avais pas envie d’avoir que les trentenaires.
IADAMS_0059itwl y avait énormément de jeunes ce soir…
C’est ce que me disaient les gars de la salle ce soir et c’est ce qui m’a vraiment touché, c’est le plus beau compliment que l’on puisse me faire !

Il y avait plein de gamins qui n’avaient jamais été au théâtre et ça c’est magique pour moi.
Je me dis que si moi, du haut de ma petite personne, j’arrive à amener des gens au théâtre qui est un endroit vraiment magnifique et que j’arrive à leur donner cette habitude d’y aller… c’est top !

Le DVD de « The Young Man Show » sort bientôt ?
Oui, le DVD va sortir car on est sur la fin de ce spectacle là. Enfin sur la fin c’est un grand mot puisqu’il va aller jusqu’en mai 2012 quand même !
J’ai fait le choix d’arrêter en mai prochain parce qu’après j‘aurai 21 ans et je ne me vois pas monter sur scène en disant « Salut ! Je m’appelle Kev Adams, j’ai 21 ans et je vais vous parler de l’adolescence »… il y a un truc chez moi qui bloque là !

J’essaierai de parler de nouvelles choses, des problèmes qui vont de 21 ans à 29 ans !

 
Sortie du DVD le 27 Novembre 2011 du spectacle de KEV ADAMS


Propos recueillis & photos par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Montage vidéo par Aurélien Didelot

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply