COUPS DE COEUR

Bruno Salomone en interview pour le film « Harcelés » à voir sur M6

By  | 

Humoriste en seul en scène, comédien au théâtre, féru de doublage, auteur d’un roman et acteur devant la caméra, Bruno Salomone démultiplie les savoir-faire avec une aisance désarmante qui pourrait presque nous faire oublier que ce sont des métiers qui exigent, en plus du talent, du travail ! Car en effet, comme si c’était une simple formalité, le comédien réussit à devenir crédible dans tout ce qu’il touche… Après nous avoir fait croire qu’il n’était « qu’ » humoriste puis acteur comique, Bruno Salomone nous a surpris et conquis dans Le secret d’Élise, Une mort sans importance ou encore Crimes parfaits ; des séries et téléfilms qui nous ont prouvé que le drame ne lui faisait pas peur !

A l’affiche d’un nouveau téléfilm diffusé sur M6 le lundi 14 juin 2021 à 21h05, c’est dans un tout autre registre qu’il s’est lancé aux côtés de Claire Keim : le thriller psychologique ! Réalisé par Olivier Barma et intitulé Harcelés, ce dernier traite du fléau de notre société : la protection des données ! À travers l’histoire d’une famille dont la mère se retrouve jetée en pâture sur les réseaux sociaux, celui-ci nous met en garde contre les dangers de cet outil certes merveilleux mais que l’on n’a pas encore réellement appris à utiliser convenablement : InternetUne histoire haletante qui devrait tous nous inciter à étudier d’un peu plus près ce que l’on confie à notre smartphone…


 

🎥 Bruno Salomone sur M6 dans Harcelés, à voir le 14 juin 2021 à 21h05

 


« « J’aime bien innover et m’aventurer un peu sur des terrains inexplorés » »


 

 

Morgane Las Dit Peisson : Avec Harcelés le public te retrouve dans un registre plus grave que celui – l’humour – dans lequel il t’a vu naître sur scène…

Bruno SalomoneDepuis la première fois où j’ai eu l’occasion de mes faire mes preuves dans autre chose que la comédie, je me suis aperçu que le public était en réalité très ouvert. En tous cas, pour moi aujourd’hui, passer d’un registre à l’autre est quelque chose de naturel. Ce qui compte c’est jouer des émotions, incarner des personnages et donner lieu à une situation, qu’elle soit grave ou légère. Je ne fais pas de distinction car bien souvent, pour réussir dans le drame il faut aller puiser dans l’humour et vice versa. Si par exemple, tu dois camper un tueur et que tu le fais sourire comme Joker, tu le rends encore plus inquiétant et si tu mets, à l’inverse, de la gravité dans l’humour comme le faisait Buster Keaton, le sujet prend du relief et en devient encore plus drôle !

 

Un sujet d’actualité – le cyber harcèlement -, qui concerne tout le monde…

Ça a été un gros « plus » quand j’ai lu le scenario de Harcelés mais ce qui m’a immédiatement séduit, ça a été la montée en puissance ! Rien qu’à la lecture, tu es tenu en haleine et ce jusqu’au rebondissement qui a lieu à la fin ! Personnellement, je ne m’y attendais pas du tout et j’ai été agréablement surpris par l’efficacité de cette écriture. Je n’ai pas hésité une seconde car quand le scénar est là, tu sais que tu peux y aller les yeux fermés ! J’ai réellement été happé !

Un véritable thriller psychologique…

C’est exactement ça ! Le thriller psychologique est quelque chose que je n’avais jamais eu l’occasion de jouer jusqu’à présent et vu que j’aime bien innover – tout dépend dans quoi quand même (rires) – et m’aventurer un peu sur des terrains inexplorés, Harcelés est tombé à pic !

 

Un registre affilié au policier qui ouvre plus de perspectives de jeu grâce à la montée en tension…

Ce qui diffère en effet avec pas mal d’autres rôles c’est que là, nos personnages doivent connaître (malgré eux) une importante évolution. Il faut penser à leur sincérité sur la longueur en leur apportant des nuances de tons et de couleurs. Au début de l’histoire, on forme – avec Claire Keim – un couple heureux et souriant, qui a une vie normale et qui va bientôt se marier. Petit à petit, on sombre dans le stress, le doute, l’inquiétude et la crainte. Ça doit être horrible à vivre en vrai mais c’est jouissif à jouer parce que ça permet à un comédien de déployer une large palette de jeu !

Dernièrement sur TF1 on a pu te retrouver dans la nouvelle saison de Mention particulière

C’est encore un autre travail car – un peu comme dans Fais pas ci, fais pas ça – une série te permet d’installer ton personnage et, de saison en saison, d’aller l’explorer en profondeur. Dans un unitaire comme Harcelés, tu connais moins ton personnage, tu n’as pas immédiatement ses codes mais il faut tout à coup créer cet être qui évolue dans un univers et dans une famille qui doit tout de suite donner l’impression d’exister réellement. C’est un exercice très particulier mais super intéressant surtout quand tu as des comédiens qui « envoient » en face de toi ! Louka Minnella – qui joue mon fils dans Harcelés – est tellement intense et bon acteur que face à lui, tu chopes vite le truc ! Avec Claire Keim aussi, on a eu la chance d’être rapidement complices mais c’est vrai qu’arriver sur un plateau de tournage pour jouer des scènes intimes et familiales avec des gens que tu ne connais pas encore, c’est toujours un peu déroutant ! (rires)

Un film qui, en traitant du cyber harcèlement, aborde les questions de la protection des données et du droit à l’intimité…

Avant Internet, c’est vrai que tout le monde n’était pas vraiment concerné par ça… Seules les stars se voyaient persécutées par des paparazzi qui étalaient leurs vies au grand jour, désormais ça peut nous arriver à tous… J’espère vraiment que ce film sensibilisera autant les jeunes que les adultes parce qu’on s’est tous laissés dépasser par ce phénomène par manque de connaissance et de maîtrise. Ce couple qui subit les attaques d’un hacker qui leur veut véritablement du mal en est la preuve… Ils ont une vie « normale » jusqu’à ce que quelqu’un réussisse à s’emparer de leurs données pour les utiliser contre eux. J’espère que ça parlera aux adosqui mettent au cœur de leur vie leur téléphone portable et qui, parce qu’ils communiquent avec leurs copains, ne se doutent pas un instant que ce « meilleur ami », ce « doudou » presque, peut devenir leur pire cauchemar. Personnellement, je me sers de tout ça avec parcimonie et malgré ça, malgré mon expérience et malgré mon âge, je suis parfois choqué du comportement des gens sur le web qui basculent très vite dans l’agressivité quand, par exemple, tu ne leur réponds pas assez vite ! J’essaye de prendre ça au second degré et je zappe ceux qui cherchent la merde mais il y a des jours où, selon mon humeur, ça peut me blesser alors je n’imagine pas la violence que ça peut être pour des jeunes qui ne sont pas armés contre ça… Certains vont jusqu’au suicide, c’est un véritable fait de société qu’il est essentiel de traité via des fictions comme Harcelés.

Tu as également tourné un film avec Corinne Masiero – Boomerang – sur un autre type d’harcèlement…

Cette fois, c’est moi qui harcèle ! Je suis le méchant ! (rires) J’ai pris des cours sur Harcelés que j’ai appliqué dans Boomerang ! C’est d’ailleurs hyper plaisant pour un comédien de pouvoir basculer de l’autre côté de temps en temps car c’est intéressant de jouer des rôles un peu plus sombres, sournois et moins manichéens. Ça enrichit le jeu. Avec ce film, on plonge dans un autre fait de société : le harcèlement physique et sexuel à travers l’histoire d’un type qui va trop loin juste parce qu’il considère que quand une nana lui sourit, tout est permis ! C’est flippant que plein de mecs pensent comme ça d’où l’importance de dénoncer cet état d’esprit. Ce qui m’a également plu dans ce scénario, c’est que les femmes ne font pas que dénoncer, elles vont se venger et lui faire subir leur colère et leur hargne ! Ça, ça fait plaisir ! (rires) Il va morfler et surtout, il va devoir affronter le regard de sa propre fille de 16 ans à qui il fait honte…

 

Malgré cette période particulière tu as pu travailler mais loin de la scène…

La pandémie a stoppé mon dernier spectacle sur scène mais je n’ai pas le droit me plaindre puisque j’ai eu la chance de travailler sur des tournages… Par contre, je ne vais pas te mentir, on y ressent des trucs tellement uniques que la scène me manque terriblement ! J’ai hâte de pouvoir reprendre en septembre avec Le show du futur et de retourner au théâtre (si tout va bien) à Avignon en 2022 ! Ce sera une pièce d’Antoine Rault, une création, qui s’intitulera Au scalpel. La dernière fois que j’ai joué au théâtre, c’était dans Un petit jeu sans conséquence avec Isabelle Gélinas et Bruno Solo et même si, en one-man, on n’est jamais vraiment seul grâce à l’équipe qui nous accompagne, je suis impatient de pouvoir à nouveau donner la réplique à des partenaires et retrouver cette connivence !

Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel / Photos Aurélien Marquot – GMT Productions – M6

 

Bruno Salomone dans « Le show du futur » NOUVEAU SPECTACLE

Bruno Salomone en interview

Bruno Salomone en interview

Bruno Salomone en interview

 

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply