INTERVIEW

Tété Interview

By  | 

TT interview

La philosophie et le talent de ce fils de Cham, loin de s’être égarés depuis son 1er album, ont conquis le cœur d’un public éclectique, venu nombreux au Crazy Week comme au Gaou où Tété partageait l’affiche avec un certain – M – ( !) qui ne s’y était pas trompé en le prenant sous son aile ! Plus qu’un chanteur, il est une véritable personnalité. Sur des musiques entraînantes et savamment travaillées, ses textes apparaissent comme des poèmes modernes dont la profondeur devrait en séduire plus d’un ! La rencontre de Tété ? Un moment pur et enrichissant…

Album « Le Premier Clair de l’Aube »

T.T. Interview

Morgane L : 10 ans déjà… Qu’aimes-tu autant dans l’exercice de la scène ?

T.T. : Ce que j’aime c’est la liberté, le voyage… C’est la découverte de l’autre, c’est forcément des aventures humaines à la base, et puis je trouve qu’on apprend à mieux se connaître en se confrontant à d’autres environnements.

Ton contact avec le public semble vital même pour la conception de ton album…

tt_b0347Depuis 3 ou 4 ans, j’ai eu l’occasion de tourner dans des pays anglo-saxons, Angleterre, Etats-Unis, Australie et j’ai vraiment été marqué par la manière dont les musiciens entretiennent cette intimité à la scène et à la chanson tous les jours. Ils n’arrêtent jamais d’écrire, ils sont tout le temps sur la route et c’est vrai que j’ai voulu me servir de cette énergie là.

 
En fait, la tournée du précédent album s’est finie en Australie et c’est là-bas que j’ai pris la décision de rentrer à la maison, de n’arrêter que deux mois et reprendre une tournée après, parce que c’est vrai que c’est très sympa de pouvoir écrire des chansons chez soi et puis de les tester dans la semaine d’après, devant le public directement.

C’est rare de faire ça non ?

Je ne sais pas trop pour les autres mais moi j’ai toujours fait ça et là c’est la toute première fois qu’on a appelé cette tournée le Labo Solo, et la vraie innovation qu’il y a eu sur cette tournée-là, c’est qu’on a sollicité les gens à nous envoyer des mails pour nous dire un peu ce qu’ils pensaient des morceaux.

 
Alors l’idée, ce n’était pas de faire un album sur commande mais c’était plus le fait d’intégrer qu’au bout de 4 albums, on a forcément moins de recul sur soi et que je trouve que c’est quelque chose de très sain d’avoir un retour en direct avec les gens qui vous mettent face à vos limites, face au type de langage que l’on peut avoir… Et ça, ce sont des choses dont il est très difficile de prendre conscience seul…

tt_b90004 ans après « Le Sacre des Lemmings », le style de celui-ci est un peu différent, plus dépouillé…

Absolument ! En fait moi les musiques qui m’ont toujours portées, ce sont les musiques qui viennent du blues, que ce soit le folk, le blues in extenso, mais c’est vrai que ce sont des styles musicaux qui se jouent en général de manière très dépouillée.

 
Et le bilan de trois albums, c’est que les morceaux étaient toujours écrits comme ça au départ mais que je me retrouvais toujours à ajouter plein de choses dessus… Tu sais des arrangements… Et là on s’est dit « si on osait le dépouillement ? ». Et c’est vrai que je voulais un disque plus immédiat, plus aéré mais aussi plus dynamique en même temps.

Ca permet aussi de laisser plus de place à la voix, aux textes ?

Aussi, oui. Le choix de faire cet album en français c’est un choix délibéré et si tu veux, par rapport à l’étranger, en France on est très attaché à la voix, au sens et aux mots. Et disons que ce style musical permettait de faire la part belle aux textes.

Textes qui sont très présents et très travaillés d’ailleurs…

C’est vrai que les anglo-saxons sont souvent dans quelque chose de plus axé sur l’énergie on va dire…

tt_b0330Le précédent album traitait de l’identité, de la société, celui-ci décortique plus l’intime et les sentiments ?

Oui, Le Premier Clair de l’Aube est plus basé sur les émotions, c’est plus quelque chose qui tourne autour de ça… Je pense que ce n’est pas un hasard, le dernier avait été écrit pendant la campagne présidentielle donc c’est vrai qu’il y avait un climat qui était un peu particulier en France et l’album est le reflet de ça.

 
Celui-ci est vraiment plus un album qui a été écrit sur la route entre les Etats-Unis, l’Australie et la France et l’idée c’était que les rencontres permettent toujours de se connaître mieux soi-même. Il y a une espèce « d’état des lieux » !
 
Et puis l’idée d’un renouveau aussi, du fait d’avoir passé autant de temps à l’étranger ces trois dernières années et d’avoir essayé de m’imprégner justement de toutes ces énergies-là.

tt_b0313« L’Envie et le Dédain » ce sont les ambivalences, la complexité de l’être humain ?

En réalité j’ai deux cultures. La culture française et l’anglo-saxonne qui a été déterminante pour moi… L’Envie et le Dédain c’est justement le fruit de tout ça, de mes rencontres mais ça part surtout d’un concept plus général… Que souvent les gens (et je ne fais pas exception !) veulent un peu de tout et son contraire… Mais c’est ça en même temps qui donne un peu de peps à l’être humain !

Ce qui m’a le plus frappée c’est ton amour des mots…Tu apparais un peu comme un poète, un philosophe des temps modernes

Je viens d’une famille où on nous a toujours encouragé à lire même si pendant longtemps je me suis un peu méfié de la poésie qui pouvait avoir un côté un peu ronflant !

 
tt_b0360Et puis avec l’âge, je me suis un peu détendu par rapport à ça et c’est vrai que la structure de texte de type narratif (petite histoire qu’on raconte), je l’ai pas mal fait sur les albums précédents et là, j’avais envie d’essayer autre chose…
 
Quelque chose de plus impressionniste justement, qui tourne plus autour des sentiments et des images.

En trame de fond, on retrouve dans tes textes la thématique du temps qui passe, le temps à apprécier, à saisir… thème que l’on trouve chez Baudelaire, Apollinaire ?

Oui c’est juste comme remarque, je pense qu’effectivement le métier que je fais est un métier d’envie, un métier de passions, un métier de rencontres et le temps passe… On ne voit pas les journées passer, parce que comme on dit quand on s’amuse, on ne compte pas !

 
Et puis on se rend compte au bout d’un moment, que ça fait déjà 10 ans, qu’on n’a pas vu le temps passer ! Et puis je pense qu’avec les années, on est plus acteur de soi et donc on a tendance à poser un regard différent là-dessus.

tt_b0413Les artistes qui t’ont bercé ?

tt_b0430C’est exclusivement nord-américain parce que j’ai été élevé par ma mère qui est d’une famille d’antillais anglophones et francophones, et à la maison on écoutait quasiment exclusivement que ça ! Donc mes racines musicales sont vraiment tout ce qui est dérivé du blues, en fait.

Même les plus jeunes connaissent tes textes. C’est une volonté de ta part d’utiliser une musique entraînante et accessible pour leur faire découvrir ton univers littéraire ?

Je ne sais pas en fait… Je crois que mon travail se nourrit de choses que j’aime… Mais encore une fois, tout part de l’envie.

 
Quand il y a un disque qui nous nourrit à la maison, un disque de chevet qu’on écoute tout le temps, il y a une sorte d’admiration pour l’auteur, pour le genre musical, et on se dit qu’on a une famille d’écriture auprès de laquelle on peut se rapprocher et on se dirige vers ça. Et la trame du texte, c’est vraiment les choses qui nous marquent dans la vie, les gens qu’on côtoie.
 
Après l’idée, c’est le divertissement, parce que c’est un peu ça nos métiers finalement… Les gens nous font le cadeau de venir nous voir, c’est grâce à eux qu’on peut continuer à faire ça et moi, l’idée c’est avant tout d’essayer de faire en sorte que les gens oublient un peu leur journée.
 
Après, effectivement s’ils peuvent être sensibilisés à des idées qui ne les intéressent pas forcément dans un premier temps, pourquoi pas, mais c’est vrai que ce n’est pas le but premier. Je n’aime pas imposer les choses aux gens !

Une carrière c’est une histoire de rencontres… celle avec – M – ?

La rencontre a été fabuleuse, c’est quelqu’un que j’avais eu l’occasion de croiser plusieurs fois. C’est un artiste de grand talent, quelqu’un d’incontournable et de majeur sur la scène française et c’est vraiment chouette d’avoir un ambassadeur comme ça, qui a autant de talent et qui est aussi attaché à la scène, aux concerts, à la musique et qui ne s’est pas perdu finalement.

 
 
tt_b0314Il a toujours gardé cet amour de l’instant présent et de la musique.
 
C’est un bel exemple !

Et pour finir, tes projets musicaux ou télé, un autre road-trip prévu avec André Manoukian ?

tt_b0507Eh bien, écoute, les deux en fait ! Dans un 1er temps, les concerts tout l’été, Francofolies, Gaou… Début novembre, un Zénith à Paris ; fin novembre, un voyage de promotion au Japon pour la sortie de l’album ; au printemps 2011, une tournée de concerts au Japon toujours…

 
Et d’autres voyages à l’étranger qui se préparent. Pour ce qui est de l’émission Tété ou Dédé, l’épisode 1 de la saison 2 a été diffusé le 24 juin dernier, ça s’est plutôt bien passé au niveau de l’audimat. Et là on est en train d’évoquer une suite possible car l’envie est là évidemment de notre côté avec André !
 
Mais les envies, en veux-tu en voilà… Des envies de Brésil, de Japon mais on va voir comment ça se décante dans les mois qui viennent parce qu’effectivement, André et moi sommes très occupés avec nos métiers respectifs, mais comme on dit, quand le plaisir est là, on trouve toujours de la place !

Photos…          Votre avis…

Rencontre au Crazy Week à Nice //// Juillet 2010 ////
Photos réalisées et propos recueillis par Morgane L. pour Le Mensuel

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply