Non classé

Philippe Candeloro Interview

By  | 

Philippe Candeloro

en interview  vidéo
philippe_candeloro

{jcomments on} 

Interview

Philippe CANDELORO
 

 

Vendredi 11 Mai 2012 – 20h30 – LE DOME – MARSEILLE – 29€ à 49€  Réservez ici !
Samedi 12 Mai 2012 – 20h30 – ACROPOLIS – NICE – 29€ à 49€  Réservez ici !


« Je ne suis pas un comédien de métier… J’ai juste un côté « naturel » qui plait aux gens ! »


Éternelle canaille, Philippe Candeloro, que l’on a découvert il y a une petite quinzaine d’années déjà grâce à ses prouesses sportives, n’a cessé d’occuper une place particulière dans le coeur des français. Transformant depuis toujours la moindre épreuve sportive en show digne des plus grands performers, il n’a pas su résister à l’envie de participer à un spectacle théâtral sur glace unique en son genre qui séduira toutes les générations !

  

{youtube width= »810″ height= »480″}ZrrWTkBdXeo{/youtube}

 

Morgane L. : L’histoire de ce spectacle ?
Philippe Candeloro : C’est Le tour du monde en 80 jours sur glace, évidemment tiré du célèbre roman de Jules Verne dans lequel un anglais assez guindé décide de partir faire le tour du monde. Il fait un pari avec ses collègues du Reform Club (mon anglais s’améliore de jour en jour avec Nelson Montfort n’est-ce pas ?) et décide de se lancer dans l’aventure ! Il lui arrivera bien sûr plein d’histoires en plus de celle avec le fameux inspecteur Fix qui est persuadé que c’est lui, Phileas Fogg, qui a volé la Banque d’Angleterre…

Ton rôle ?
Phileas Fogg est un mec un peu dandy qui n’a peur de rien, qui se dit que rien n’est grave et qu’on trouvera toujours une solution ! Alors pour rendre ce personnage un peu plus « cosmique » et pas trop coincé, on a fait réécrire les textes, pour cette 1ère version sur la glace, de façon à ce qu’ils soient amusants pour les parents mais aussi pour les enfants !

Tu laisses une place à l’improvisation ?
Je m’éclate parce que je ne fais jamais le même spectacle, c’est ça qui est passionnant dans le live. Et c’est vrai que les deux comédiens qui sont avec moi sont des spécialistes de l’impro. Dès qu’il y a une réactivité différente dans la salle, ils jouent, ils changent un peu les textes et j’ai tendance à faire un peu la même chose. Finalement on arrive à être cadrés tout en ayant quelques petites sorties possibles et je trouve que c’est amusant. D’une ville à l’autre, les blagues ne sont jamais prises de la même manière et pour nous c’est à la fois déstabilisant et excitant !

C’est une pièce adaptée au patinage ou l’inverse ?
Je dirais que c’est plutôt une pièce de théâtre adaptée au patinage et ça ne s’est jamais vu. Ce qui me plait le plus, c’est d’aller au-delà des « a priori » sur le patineur et de prouver qu’il ne s’exécute pas uniquement corporellement. J’ai envie qu’aujourd’hui un patineur devienne un artiste complet, qu’il puisse savoir chanter, faire des acrobaties et de la comédie… C’est un spectacle qui, j’espère, va apporter des lumières à certains patineurs qui ne pensent qu’à devenir uniquement des champions.

« Le tour du monde en 80 jours » c’est le parfait cocktail pour traverser différents pays sur scène ?    
Exactement, ca nous a permis de donner une diversité dans ce spectacle où les gens peuvent aimer le spectacle du Japon et ne pas apprécier celui de l’Espagne ! (rires)
On visite à peu près 12 ou 15 pays et à chaque fois, il y a un petit intermède théâtral avec Passepartout et l’inspecteur Fix. C’est là où l’on se marre le plus. Jusque là je n’ai toujours communiqué qu’avec mon corps mais pas avec la parole. C’est ca que je veux vraiment aujourd’hui apporter. 

Tu as une comédie musicale en projet, tu y interprèteras un rôle ?
Non pas automatiquement… Le fait de voir mon public heureux que je sois ou non sur scène, ça m’excite. Jai toujours été admiratif des foules en délire. Quand je vais à un match de foot et que je vois des gens s’extasier parce qu’un but a été marqué j’ai des frissons sur les bras ! (rires) En étant « devant » tout le temps, je risque d’effacer les autres artistes ainsi que le travail de ma femme qui crée dans l’ombre. Ça c’est le côté pervers et dangereux de la chose mais, ce n’est pas impossible  que je sois sur la comédie en tant que narrateur par exemple…

 


Propos recueillis & photos par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Montage vidéo par Aurélien Didelot
Spectacle « Le tour du monde en 80 jours »

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply