COUPS DE COEUR

Patrick Sébastien en interview pour sa pièce « Louis XVI.fr »

By  | 

 

« Je suis vraiment conscient de la chance que j’ai ! » 

 

Après presque 40 ans passés à nos côtés entre Carnaval !, Sébastien c’est fou !, Les Années bonheur ou encore le fameux Plus Grand Cabaret du monde, on pourrait s’imaginer tout savoir de Patrick Sébastien entre sa passion pour les artistes de music-hall, son sens de la fête et son goût du travestissement mais l’homme n’est jamais au bout de ses surprises !

Découvreur de talents, producteur de spectacles et d’émissions, comédien, éditeur d’un magazine de jeux, créateur de sa propre cuvée Partage mais aussi auteur, Patrick Sébastien a imaginé une pièce de théâtre anachronique dans laquelle il incarne un Louis XVI.fr qui nous confirme qu’en dehors des technologies qu’il a mises au point, l’humain n’a décidément pas beaucoup changé depuis l’Ancien Régime…

 

 


 

🎟️ Patrick Sébastien pour sa pièce « Louis XVI.fr » au Théâtre de l’Hélice de Contes le 06 février à 17h00  /  à L’Odéon Théâtre de Marseille le 23 février à 20h00  /  au Palais de l’Europe de Menton le 11 mars à 21h00 (39.00€)  /  au Théâtre Galli de Sanary-sur-Mer le 12 mars à 20h30 (39.00€) 

 


 

 

Morgane Las Dit Peisson : Louis XVI.fr, une pièce que tu as écrite et dans laquelle tu joues…

Patrick Sébastien : On est le 14 juillet 1789 avec les gilets jaunes, Marie-Antoinette qui se fait parfois appeler Brigitte ou encore quelques allusions à Olivier Véran. C’est du non-sens parce que j’adore ça mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas de fond. Avec tous ces anachronismes, on s’aperçoit que l’Histoire est un éternel recommencement et que ce Louis XVI à qui l’on a coupé la tête a finalement été le roi le plus social qui n’a jamais existé ! De toute façon, toute bonne comédie part toujours d’un drame… Là c’est la Révolution mais dans La grande vadrouille, c’était la Seconde Guerre mondiale…

 

 

« Tout n’est que bonheur absolu » 

 

Une pièce en costumes…

C’est marrant pour un comédien de jouer des pièces en costumes mais ce qui est le plus agréable, c’est d’être aussi bien entouré que je le suis sur ce spectacle ! Il y a ma copine Geneviève Gil qui est un phénomène, Fred Vastair qui n’est pas mieux qu’elle, la jeune Jeanne-Marie Ducarre à qui je promets un très bel avenir, Lydie Muller qui a dû apprendre au pied levé le texte en 4 jours, Olivier Lejeune à qui j’ai confié la mise en scène et sa fille – Pauline – qui nous a fabriqué des décors magnifiques… Tout n’est que bonheur absolu alors je savoure tout ça à chaque représentation !

 

 

« Tout ce que je fais depuis 50 ans est un rêve de gamin… » 

Un homme de scène…

Je ne pourrais pas vivre sans la scène, ce serait terrible ! J’ai fait plein d’autres choses dans ma vie entre le magazine, le vin, les albums, la production et les émissions mais rien de tout ça ne m’apporte autant que la scène ! Il n’y a pas de plus beau bruit que le brouhaha de la salle avant le lever de rideau…

 

 

Ça m’attire, ça m’électrise, ça me transporte, ça me transcende ! Tout ce que je fais depuis 50 ans est un rêve de gamin, un véritable miracle voire un hold-up (rires) donc je suis vraiment conscient de la chance que j’ai de pouvoir en vivre… 

 

 

« Je fais plein de choses différentes parce que j’ai envie d’être vivant » 

Un homme aux 1000 facettes…

J’ai besoin de faire ces grands écarts, de chanter des titres festifs comme La bamboche après avoir écrit une pièce émouvante comme Le secret des cigalesJe fais plein de choses différentes parce que j’ai envie d’être vivant et parce que, en toute honnêteté, je ne sais pas prendre de vacances ! C’est plus fort que moi, je ressens un besoin viscéral de créer chaque jour un petit quelque chose.

 

 

« C’est extrêmement touchant de savoir que je fais partie de leurs vies… » 

Un artiste populaire…

C’est le plus beau compliment que l’on puisse me faire ! Est-ce que tu te rends compte que Tourner les serviettes se jouent dans la plupart des anniversaires et que maintenant Les sardines passent même pendant des enterrements ? C’est complètement dingue de recevoir des témoignages ou des vidéos de gens que mes chansons accompagnent dans les meilleurs comme les pires moments de leurs existences ! C’est extrêmement touchant de savoir que je fais partie de leurs vies… Et c’est bien la preuve qu’il ne doit pas y avoir de snobisme ! Aznavour m’avait dit qu’une chanson de merde, c’était une chanson qui ne donnait aucune émotion ou que personne ne sifflait dans la rue… Je ne suis pas un chanteur à proprement parler, je suis un ambianceur et j’en suis fier !

 

 

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson au festival Les Nuits Auréliennes de Fréjus pour Le Mensuel / Photos droits réservés

 


 

Interview parue dans Le Mensuel n°427 de janvier 2022

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply