Non classé

N-GIJOL – Interview

By  | 

Thomas N’GIJOL

en interview

 « J’essaye d’être le plus adroit possible
et de ne jamais heurter qui que ce soit… » 

Interview de Thomas N’GIJOL

   

« J’essaye d’être le plus adroit possible et de ne jamais heurter qui que ce soit… »

  

NGIJOL_ 03Nous n’étions pas présents à Hyères où tout semble s’être bien passé mais à Nice, la fin du one-man-show de Thomas N’Gijol a été décevante…

Heureusement qu’il s’agissait d’un des maîtres de la vanne qui a, il nous l’a prouvé plus d’une fois dans diverses émissions, une véritable répartie… car je pense sincèrement que bon nombre d’entre nous n’aurait pas gardé un tel sang froid face à la bêtise (restons polis) et la méchanceté d’une petite poignée de personnes dans la salle qui ont eu le culot de l’attaquer sur ses origines, ses idées et son talent…

Je vous passerai les propos mais il est facile d’insulter quelqu’un quand on est planqué dans la salle mais beaucoup moins quand le roi du stand-up vous invite à vous exprimer sur scène !

Vous l’imaginez bien, la personne en question ne s’est plus faite entendre et Thomas N’Gijol a su la remettre à sa place avec brio et avec classe comme il sait si bien le faire ! Nous espérons juste que ce petit incident ne l’empêchera pas de revenir à Nice car 99% des personnes présentes dans la salle étaient ravies de l’accueillir et d’applaudir son cousin camerounais, les conseils de son père et ses impros… entre autres !

Spectacle “A Block !”
Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Retrouvez les photos de Thomas N’Gijol à Nice le 19 Février 2011 dans la galerie PHOTOS

  

NGIJOL_ 02Morgane L : Parcours, choix de la scène ?
Thomas N’GIJOL : La scène, c’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, quelque chose que j’ai toujours eu en moi quelque part… J’étais à la fac, je tergiversais un peu dans mes études et en parallèle je prenais des cours de théâtre et c’est vrai qu’à un moment donné, j’en avais un peu marre de jouer, de lire des textes qui ne m’appartenaient pas. J’ai commencé à écrire et au fur et à mesure je me suis pris au jeu ! C’est quelque chose que j’entretenais depuis un moment mais j’ai attendu le moment propice dans ma vie pour vraiment me lancer complètement dans cette aventure.

Le « Jamel Comedy Club » ?
Ça c’est fait un peu dans la continuité de toute cette entreprise… Quand j’ai commencé à faire de la scène, j’ai été résident pendant une saison dans une petite salle parisienne, le Moloko, où mon 1er spectacle marchait plutôt bien et du coup Jamel et son entourage ont entendu parler de tout ça ! Ils sont venus me voir et m’ont proposé cette aventure !

Belle ascension, l’émission a été formatrice ?
Oui oui ! J’ai un peu animé et tout ça pendant un moment… C’est vrai que là maintenant je ne fais plus partie de cette aventure et que je fais mon petit bonhomme de chemin tout seul mais c’est quelque chose qui a été utile à mon épanouissement… Formateur ? Oui complètement !

Selon toi, la différence entre l’art du stand-up et le sketch ?
En fait, moi je ne fais aucune différence… Chacun va où sa sensibilité a envie d’aller. Il y a des gens qui ne seront pas forcément à l’aise dans le stand-up et le seront plus dans le sketch… Je n’ai aucun problème avec ces deux formes ! C’est vrai que ce sont parfois des débats qu’on peut entendre mais je n’ai pas du tout eu l’impression ni de vieillir ni d’inventer quelque chose qui existe depuis X temps… L’important je dirais pour le public c’est d’être heureux. Quand les gens vont voir un spectacle, ils ne sont pas là à se demander s’ils vont voir du stand-up ou des sketches, ils veulent juste passer un bon moment et se marrer ! Je ne me pose ce genre de questions !

Inspiration, choix des thèmes ?
Eh bien écoute les sujets sont aussi simples que la vie… Moi je n’ai aucune limite, j’ai simplement pour ambition de me faire plaisir et je sais que si je me fais plaisir, le public se fera plaisir forcément parce qu’un spectacle c’est évidemment des sketches, des moments de jeu mais c’est avant tout un état d’esprit, une personnalité… Plus je vais être proche de moi-même et plus je pense que tout se passera bien ! (rires) Voilà… En fait je n’ai pas vraiment de limites dans mes textes, je vais là où j’ai vraiment l’impression d’être drôle et puis j’essaye d’être le plus adroit possible et de ne jamais heurter qui que ce soit… mais pour le reste, je n’ai sincèrement aucune limite.

NGIJOL_ 01L’écriture et la mise en scène ?
J’ai un ami avec qui je travaille, mon metteur en scène Yazid Ait Hamoudi qui a fait la mise en scène de « A block ! » et avec qui je débriefe un petit peu sur tout car c’est quand même bien d’avoir un petit retour extérieur ! Donc il fait la mise en scène et je revois un peu avec lui les textes.

Malgré le « stand-up », il y a un fil conducteur dans le spectacle ?
Je dirais qu’il y a une colonne vertébrale… après… fil conducteur… pas forcément mais ce ne sont pas des mini sketches… sincèrement je ne sais pas comment l’expliquer mais c’est tout un ensemble… Je n’ai vraiment pas l’impression que ce soit autre chose que du one-man-show… C’est vraiment un ensemble, un tout… qui s’emboîte plutôt bien ! Enfin, en tout cas le public jusqu’à maintenant l’a plébiscité donc je pense que je ne suis pas trop dans le faux ! (rires)…

« Génération de merde » ?
C’est tiré du spectacle ! C’est par rapport aux rapports amoureux qu’on peut avoir… C’est-à-dire que nous sommes une génération qui consommons très vite donc on ne se laisse jamais le temps de vivre les choses ou de se mettre en difficulté dans le cadre d’un couple par exemple… Dès qu’il y a un problème, on part consommer ailleurs, mais à l’époque j’ai l’impression que c’était un peu différent.

NGIJOL_ 04Rencontre la plus importante de ta carrière ?
En fait, je viens de me rendre compte qu’il n’y a peut-être pas… (rires) Il y en a plusieurs surtout mais c’est dans la continuité… J’avoue que j’ai rarement été bouleversé… J’ai vu des gens c’est sûr… J’aimerais être bouleversé mais je pense que je ne le serai pas ici, ça m’étonnerait.

Depuis les mois de tournée le spectacle a évolué avec l’actualité ?
Forcément il évolue un petit peu parce qu’en plus il est sorti en DVD depuis 2 ou 3 mois… Quand on sort le DVD en général c’est qu’on a fini le cycle d’un spectacle, donc moi, mon intérêt c’est de venir sur scène en y ajoutant quelques petits trucs et donner un peu de magie à ceux qui l’ont vu. Et ceux qui ne l’ont pas vu découvrirons une autre dimension mais quoi qu’il en soit, il y a une évolution forcément parce que je n’ai pas envie de m’ennuyer sur scène, bien que mon spectacle ne m’ennuie pas ! (rires) Mais il faut toujours créer un petit peu.

Un sketch, un thème préféré, qui te touche particulièrement ?
Non… Je n’ai pas de thème qui me touche… c’est un peu bizarre ce que je dis… Mais j’aime voir la réaction des gens sur certaines choses et ce que j’aime bien voir, c’est ce qui touche les gens. Il n’y a pas de thème en réalité qui soit plus « porteur » mais quand on arrive à toucher les gens sur un sujet ou un autre c’est çà qui fait le plus plaisir… Quand on sent que vraiment les gens rient parce qu’ils savent qu’on a le même vécu, la même vision… On sent les choses de la même façon, c’est ça qui est fort donc ça peut être dans n’importe quel domaine ! ça peut être dans la vie de tous les jours, ça peut être amoureux, dans la vie politique… tout un tas de choses… Donc il n’y a pas vraiment de sujets,  c’est simplement des émotions on va dire !

NGIJOL_ 05Les artistes qui t’ont influencé ?
Les artistes de cinéma français mais qui ne faisaient pas de scène à l’époque. Des artistes que je voyais quand j’étais petit comme Pierre Richard ou Louis de Funès. J’avoue que ce sont les deux personnes qui m’ont le plus marqué et m’ont donné envie d’être « drôle » ! (rires)…

Le cinéma justement ?
Ça c’est fait dans la continuité, c’est simplement que j’ai envie de m’ouvrir, d’aller là où j’ai envie d’aller, donc j’ai eu ces deux opportunités pour le moment qui sont des réussites puisque le 2ème « La Chance de ma Vie » est encore à l’affiche. Et là maintenant je travaille sur mon propre film que j’ai fait avec Fabrice Eboué… C’est la prochaine étape !

NGIJOL_ 06Scène ou cinéma ?
Oh c’est la scène ! Sans hésitation ! Le cinéma c’est bien quand c’est monté mais la scène c’est direct, il n’y a pas de tricheries. Au cinéma on peut toujours manipuler l’image de façon à ce que tout sorte bien à la fin mais la scène on ne manipule rien, c’est du direct !

D’autres projets de scène après « A block ! » ?
Ah oui complètement ! Je n’ai pas du tout de date arrêtée pour un prochain spectacle mais je reviendrai sur scène, j’espère, courant 2012 peut-être parce que là j’en ai encore pour un petit moment avec ce spectacle là, j’ai ensuite le film et après il faut que je prenne le temps de respirer et trouver un peu d’inspiration pour écrire quelque chose de frais ! Mais en 2012 j’ai bien l’intention de revenir sur scène ! (rires)…

Morgane L

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply