COUPS DE COEUR

Momies, les chemins de l’éternité

By  | 

 

Momies, les chemins de l’éternité

 

Events / Culture

HDE Var (Hôtel départemental des expositions du Var) / Draguignan  (détails et billetterie dans l’Appli Le Mensuel)

 

Le monde incroyable des momies 

C’est une exposition particulièrement vaste et intéressante que propose l’Hôtel Départemental des expositions du Var, avec pour commissaire le passionnant Philippe Charier qui dirige le département de la recherche et de l’enseignement au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, également légiste, archéologue et anthropologue. Sur trois étages, vous découvrirez ces univers si particuliers que sont l’embaumement des corps morts et les rituels funéraires. 

L’expo commence, en toute logique, par ce que nous avons tous envie de découvrir en premier : les momies d’Égypte, celles que nous connaissons – nous, grand public – le mieux ! Ou en tous cas celles dont nous avons le plus entendu parler ! Les morts n’étant pas voués à demeurer sur place, ils devaient atteindre l’au-delà. Pour ce faire, la solution était alors de leur donner les clés pour y accéder en luttant contre les signes de la mort et en réalisant ces fameuses momies qui empêchaient leur décomposition. Le principe de l’embaumement était à l’époque particulièrement technique : 

tous les organes étaient enlevés (sauf le coeur, bien sûr, qui était l’organe essentiel à ce voyage puisqu’en fonction de son poids, Anubis devait déterminer si le défunt avait le droit ou non de passer de l’autre côté) ; le corps était alors enduit de natron (un sel naturel) ; parfois rempli d’aromates (il devait sentir bon) ; puis recouvert de bandelettes de lin et agrémenté de talismans, de bijoux, de documents, de nourriture… et de bitume (mùmiyà en arabe, qui donnera le mot momie). 

 

Une technique universelle 

Les étages supérieurs sont également fascinants grâce à l’explication des diverses utilisations des momies au fil des années : employée en médecine comme remède ou en peinture pour sa couleur rouge vif ! D’ailleurs, vous aurez le privilège de pouvoir admirer 2 petits tableaux peints avec… les coeurs momifiés de Louis XIV et Louis XIII ! Eh oui ! Car les momies n’étaient pas uniquement une spécialité égyptienne ! On découvre qu’en Europe donc (France, Sicile, Irlande, Ecosse…), mais aussi en Asie (les prêtres bouddhistes), en Afrique (Cameroun, RDC, Bénin…) en Océanie (les Maoris de Nouvelle-Zélande…) des corps étaient également embaumés ! Chaque peuple avec ses propres spécificités. 

 

La science en action 

La recherche scientifique est aujourd’hui telle que nous n’avons plus besoin, à l’ouverture des sarcophages, d’enlever ces fameuses bandelettes pour découvrir ce qui se cache en dessous. En effet, l’expo montre que dorénavant, l’utilisation de scanners, de scintigraphie ou encore de microscopes permet de (presque) tout voir sans rien abîmer ! L’innovation est telle que les scientifiques ont pu recréer des visages (à voir celui d’une enfant péruvienne reconstitué à partir de sa momie) ou encore le larynx d’Henri IV qui a même permis de synthétiser sa voix ! (Diffusée dans l’expo) 

On vous laisse des surprises à découvrir – car il y en a bien d’autres – mais une chose est sûre, les momies – bien qu’inertes depuis des siècles – ne cessent de nous en apprendre sur le vivant et possèdent cette magie et ce mystère qui nous font toujours autant frissonner… de plaisir ! 

© Delphine Goby O’Brien pour Le Mensuel

Article paru dans Le Mensuel n°434 de septembre 2022

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply