CONCERT

Florent Pagny en interview pour son album « L’avenir » et sa « Tournée des 60 ans » annulée…

By  | 

 

« Je ne suis finalement qu’un moyen de transmission… » 

 

 

Malgré ses 20 albums, ses plus de 30 ans de carrière, ses salles pleines à craquer et ses millions de fans, Florent Pagny ne se plaît pas à jouer les divas. Fidèle à l’image qu’il a toujours renvoyée, le chanteur à la voix intense et inébranlable s’exprime avec franchise et simplicité. En pleine tournée anniversaire, il évoque son rapport à la scène, au public et à la notoriété…

 

 


 

🎟️  Florent Pagny pour « La tournée des 60 ans » & l’album « L’avenir » en concert à l’Arena du Pays d’Aix à Aix-en-Provence le 09 décembre 2021  /  au Palais Nikaïa de Nice le 10 décembre 2021  /  au Zénith de Toulon le 02 février 2022 à 20h00 (70.00€)  ANNULÉ  /  à l’Arena du Pays d’Aix d’Aix-en-Provence le 03 février 2022 à 20h00 (70.00€)  ANNULÉ

 

Gagnez vos invitations pour le concert de Florent Pagny à Nice !

 


 

Morgane Las Dit Peisson : Sur la route…

Florent Pagny : Je vis toujours ça d’une drôle de manière…  J’ai tendance à être un performeur alors avant même de commencer la tournée, j’avais bien conscience que ça allait être physique et sportif ! (rires) J’ai la chance que, malgré les circonstances, les dates se passent très bien donc je me dois d’être en forme pour assurer toutes celles à venir. L’air de rien, j’arrive à un âge où je dois faire attention si je veux être sûr de tenir ! (rires)

 

La tournée des 60 ans…

J’aime que mes spectacles soient structurés, calibrés et pensés. Il n’y a pas vraiment de place à l’impro déjà parce que je ne suis pas musicien donc je ne peux pas me lancer dans un boeuf sur un coup de tête (rires) mais surtout parce que j’ai envie que le public ne soit pas déçu. J’attache beaucoup d’importance aux détails, à l’éclairage et aux liens entre les chansons. Cette fois-ci, ça raconte que ça fait 33 ans qu’on se connaît avec le public ! À travers ce spectacle, on refait le voyage dans le temps et on raconte cette relation qui s’est tissée depuis le début… C’est assez fun !

 

 

Un hommage au vécu mais pas de nostalgie comme le prouve l’album L’avenir

C’est vrai que même si je chéris le passé, je ne peux pas m’empêcher de regarder vers l’avenir et cet album exprime ça à la perfection. L’important, c’est ce qu’on va faire de ce « demain » qui s’offre à nous alors j’ai voulu que ses messages soient positifs et pleins d’espoir car je suis persuadé que tout est encore possible ! 

 

« On est fait pour bâtir l’avenir » rappelle qu’on est tous acteurs…

C’est vrai qu’on a parfois tendance à oublier que la société c’est nous. Si « la masse » ne croit pas en l’avenir et ne se retrousse pas les manches, il ne pourra pas être miraculeusement radieux. Un simple texte ne changera jamais la face du monde mais si quelques personnes pouvaient reprendre confiance en elles grâce à lui, j’aurais été utile à quelque chose… 

 

 

Vous arrivez à réaliser l’impact qu’un artiste comme vous peut avoir ?

Parfois, on reçoit des témoignages qui nous font réaliser qu’on a été important pour beaucoup de gens mais d’un côté, ce n’est pas plus mal de ne pas trop s’en rendre compte car honnêtement, c’est étrange ! (rires) Heureusement qu’il y a une frontière qui permet de ne pas passer de l’autre côté du miroir et de ne pas se prendre pour une divinité ! (rires) La musique accompagne le quotidien, les plus beaux comme les plus durs souvenirs et en tant qu’artiste, je ne suis finalement qu’un moyen de transmission… On nous accorde souvent beaucoup d’intérêt et c’est extrêmement gratifiant mais il ne faut surtout pas croire qu’on est « l’oxygène » des gens sinon on vrille ! (rires) Je comprends que certains puissent perdre la tête tant l’amour qu’on reçoit est troublant.

 

 

Rester « normal »…

Monter sur scène reste un phénomène curieux… Quand tu arrives dans une salle pleine de 6000 personnes en ébullition qui t’accueillent, ça fait de l’effet ! C’est difficile de garder les pieds sur terre alors si tu as un gros ego, il y a de quoi te gargariser ! (rires) Personnellement, je suis presque un peu gêné quand je débarque et que je me prends d’un coup cette énergie dans la tronche ! (rires) Il faut réussir à démystifier le truc et à se rappeler que si on fait ce métier, c’est avant tout pour chanter…

Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel / Photos par Yann Orhan

 


 

Interview parue dans Le Mensuel n°426 de décembre 2021

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply