INTERVIEW

Éric Antoine en interview

By  | 

S’il s’est évidemment illustré, depuis une bonne dizaine d’années, comme le symbole du renouveau dans l’univers de la prestidigitation grâce, en grande partie, à son talent humoristique, Éric Antoine, qui a autant su séduire les grands que les petits – il a d’ailleurs été élu « présentateur préféré des enfants » – ne sévit pas que sur scène ! En e et, bien qu’il prépare un Best of pour la n d’année et qu’il s’apprête à jouer un spectacle aussi inédit qu’improvisé ce mois-ci, le magicien, en dehors de ses activités publiques, est également un entrepreneur et un homme de l’ombre qui s’adonne, à ses « heures perdues », à la production d’artistes, à la création d’émissions télé et de festivals ou encore, à la toute nouvelle direction d’un théâtre aixois…

 


« Quand tu as réussi, artistiquement, à arriver là où tu voulais, c’est un devoir de tendre la main aux copains ! »


Morgane Las Dit Peisson : Tu viens de reporter ta tournée québécoise…

Éric Antoine : Oui malheureusement car j’ai une grosse hernie discale que je dois soigner et qui m’oblige à être un peu raisonnable pour une fois ! (rires) Ça me rend toujours très triste de ne pas pouvoir assurer un spectacle pour lequel des gens s’étaient préparés et avaient acheté leurs places… Pour l’instant je suis assidûment mon traitement, je me réserve pour les dates inédites d’Aix et je vais reprogrammer cette tournée dès que possible !

Il faut dire que tu malmènes un peu ton corps depuis un moment…

C’est vrai que cette année est un peu dingue ! Il y a un livre, ma statue au Musée Grévin, un spectacle pour enfants que je viens d’écrire, le Best Of, une nouvelle émission de télévision, la reprise d’une autre, la création d’une boîte de jeu de magie… C’est plutôt chargé, je le reconnais mais c’est ma nature d’être comme ça ! C’est à la fois une chance et une malchance, je ne sais pas m’arrêter et mon cerveau encore moins ! (rires) Je suis transporté par mon métier et par la scène qui a été ma pre- mière grande passion mais maintenant que j’ai l’opportunité de découvrir de nouvelles choses, je ne m’imagine pas passer à côté. Je vais faire le doublage d’un film d’animation, on me donne la possibilité d’écrire le livre que j’avais envie d’écrire, je travaille sur une série… C’est merveilleux et comme j’ai toujours envie de dire oui à tout et de tout essayer, l’âge aidant, je commence à le payer ! (rires)

Beaucoup de projets en France mais aussi des tournées à l’autre bout du monde…

C’est sûr qu’il y a dix ans, on m’aurait dit ce que j’allais vivre, je n’y aurais pas cru une seconde ! J’imaginais le travail, la création, les numéros, l’énergie, j’imaginais les sensations et les rires du public mais de là à pouvoir le faire si souvent, si « grandement » et si loin… C’est vraiment la preuve que la vie te surprend toujours… Quand je pars à la conquête de gens qui ne me connaissent pas, j’ai évidemment peur. En France, bien que je reste conscient que tout peut s’arrêter, il y a une certaine connivence qui est déjà éta- blie avec le public, j’ai l’impression de retrouver des copains ! (rires) C’est merveilleux mais ça peut être dangereux car on peut vite s’embourgeoiser en restant dans notre zone de confort…

Avec Sur mesure, aucun risque que tu ne t’encroûtes…

C’est un peu dans cette optique que j’ai imaginé ce projet ! Dans ce spectacle, vont se mêler, l’humour, la magie et l’impro et le fait est que ces deux derniers domaines sont antinomiques… La magie exige de l’apprentissage, de la rigueur, de la répétition et pourtant je vais confier, trois soirs d’affilée, pendant une partie du spectacle, les manettes au public qui choisira son déroulé à ma place. Ce sera un véritable défi !

Après ton dernier show colossal, tu vas donc revenir à quelque chose de plus intime…

Avec Magic Delirium, on avait 25 techniciens donc il y a évidemment, dans ces cas là, toute une partie du show que tu ne peux plus maîtriser… C’est intéressant mais très flippant d’apprendre à déléguer et à faire confiance ! Pour moi qui suis un peu obsessionnel et qui ai besoin d’avoir une maîtrise totale de l’objet, je n’ai pas toujours dormi tranquille ! (rires) Ces dates exceptionnelles de Sur mesure vont me permettre de revenir à l’essence même du métier, au côté artisanal où tu es à poil et tout seul face au public…

Tu es un homme de scène mais pas seulement…

En effet, j’ai vraiment ressenti l’envie d’explorer un peu toutes les facettes des métiers qui tournent autour de la scène. Je co-produis Guillaume Bats avec mon cher Jérémy Ferrari, des émissions télé et dernièrement, j’ai créé le festival Magic Mont Blanc à Chamonix, dédié à l’univers de la magie et j’espère d’ailleurs en créer un à Aix pour pouvoir mettre en avant des jeunes magiciens qui méritent de se faire connaître ! J’estime que quand tu as réussi, artistiquement, à arriver là où tu voulais, c’est un devoir de tendre la main aux copains ! Si on ne me l’avait pas fait, je n’en serais sûrement pas là…

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson • Photos Crop


Interview parue dans les éditions n°393 #1, #2 et #3 du mois de juin 2018

 

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply