Non classé

CRAZY – NOZUKA – Interview

By  | 

Justin NOZUKA

Crazy Week interview

 «    J’ai beaucoup de gens qui m’aident, qui m’inspirent. Ma famille me donne l’inspiration, elle me donne tant de soutien    »
   Justin NOZUKA /// CRAZY WEEK – Nice /// 22 juillet 2011

« J’ai beaucoup de gens qui m’aident, qui m’inspirent. Ma famille me donne l’inspiration, elle me donne tant de soutien… »

   .

NOZUKA_0008itw

Morgane L : A quel âge as-tu découvert ta passion pour la musique ?
Justin NOZUKA : 12 ans !

Ah, tu parles français ?
Un peu…
A 12 ans, qu’écoutais-tu ?
C’était la musique de la radio, la musique du courant dominant, la musique du début des années 90 qui passait à la radio à ce moment-là, et Lauryn Hill a été la première artiste que j’ai aimé, la première que j’ai écouté sur K7, et le premier CD que j’ai acheté c’était le sien « Miseducation ».
Tu es jeune, comment travailles-tu ? Seul ?
Non, j’ai beaucoup de gens qui m’aident, qui m’inspirent. Ma famille me donne l’inspiration, elle me donne tant de soutien… Et puis j’ai un groupe, on crée de la musique ensemble, on se soutient sur la route, on est une famille pendant les tournées. Donc je me focalise sur le fait de créer de la musique, d’écrire des chansons, mais ça ne marche pas tout le temps comme ça, parfois le groupe m’aide à écrire des chansons, parfois c’est mon frère qui m’aide… il y a une équipe, une équipe de gens qui m’aident.
Meilleurs souvenirs sur scène ?
C’est le sentiment de sérénité du fait d’être sur scène. Tu sais, calme, inspiré pour juste laisser le « groove » m’élever et m’attirer vers le bas, alors ça devient une expérience magique, comme l’expérience de faire l’amour ou l’expérience de danser et de se laisser emporter par la danse.
NOZUKA_0007itwTu es sur la préparation de ton 3ème album ?
Exactement, quand on finit cette tournée, en Suisse, la semaine prochaine, je retourne chez moi. J’ai vécu cette année très lentement, et je pense que j’ai vraiment besoin d’apprécier la simplicité, d’être seul, de rester seul chez moi, à Toronto. Mais on va aussi commencer à bosser sur le prochain album, on va commencer à se concentrer sur l’écriture de plein de chansons, donc quand on sera ensemble, en août, on va commencer à enregistrer.
La date de sortie et son style ?
Il sortira l’an prochain. Ce sera plus funky ! Funk, rock, soul, je veux juste faire des vibrations positives. Je veux me concentrer sur le fait de faire de la musique positive, qui paraitra facile, réjouissante, qui mènera l’esprit vers du calme et de la sérénité… Je ne veux pas faire de la musique pour que les gens pensent, je veux faire de la musique pour que les gens ressentent… qu’ils prennent ça  facilement et calmement.
NOZUKA_0009itwPour ce nouvel album, avec qui vas-tu travailler ?
Je vais probablement enregistrer des chansons que j’ai écrites avec mes frères, j’aimerais vraiment qu’ils viennent chanter sur des chansons de l’album ce serait sympa que mon frère vienne chanter sur mon album…Et il y a une communauté d’artistes que j’ai connu au fil des ans et qui viennent de différents endroits et avec qui j’ai collaboré et qui aussi, surement, viendront.
Et au niveau des thèmes ?
Aspirer à plus de simplicité dans la vie, la beauté de la nature, la beauté de l’amour et vivre une belle vie, vivre bien, célébrer la vie, célébrer le moment présent, c’est le genre de thèmes que je souhaite aborder !
Est-ce que les tournées te donnent l’inspiration ?
Les tournées peuvent être des moments de rêves. Aller d’un endroit à un autre peut s’avérer être très peu confortable, et fatiguant, donc je trouve ça difficile sur la route. J’essaye de trouver plus de simplicité. Aller d’une chambre d’hôtel à une autre me fait devenir un peu dingue, un peu malade. C’est ça mon expérience de la route. Pourtant, j’aime être en tournée, je veux en faire et en faire beaucoup, donc je dois trouver un équilibre. Pour le prochain album, je dois me remplir d’amour, mettre de l’amour dans mon cœur, dans mon esprit, et je suis certain que ça va se répercuter sur mon expérience de la route.

On ressent de la sérénité, tu  es zen, tu as confiance en toi ?

NOZUKA_0010itwQuand j’étais vraiment très jeune, j’étais dans le courant, j’appréciais tout simplement le moment présent. En grandissant, je suis devenu plus sérieux concernant mes rêves. En faisant de la musique, je suis devenu plus « stressé », tu sais genre faire ci, faire ça…
Mon mode de vie était rigide et maintenant je réalise que cette rigidité ne va pas marcher pour la suite, je dois être plus calme, prendre les choses plus calmement, je dois apprécier et trouver mon calme naturel.
Est-ce que le succès t’a changé ?
Ça a clairement changé mes points de vue, car au début, quand j’ai commencé, c’était un concept, une illusion, c’était un rêve que j’avais mais en le vivant au quotidien, je réalise que cette idée que j’avais en tête n’était pas réelle non plus, elle n’existe pas, c’est une image que j’avais créée et qui n’existe pas.

En continuant à le vivre et en voyant que la réalité n’est pas celle que j’avais en tête, que c’était une illusion, ça m’a changé de manière très positive. Cette situation implique beaucoup de challenges psychologiques…
Tu sais, être là, avec des micros, des caméras, psychologiquement c’est un peu étrange… ça me rend un peu dingue. Quand je rentre à la maison, c’est très dur pour moi, il me faut quelques jours pour me relaxer.

Tu travailles sur des musiques de films ?
Non, pas pour le moment mais pourquoi pas ?
Ce soir, il y aura-t-il de nouveaux titres ?
On va jouer un nouveau titre, que l’on a commencé à faire sur cette tournée, et je pense qu’on va l’enregistrer, mais à part ça, non. Ce seront des chansons du premier et du second album.


.

Propos recueillis par Gaël Schmitzer & Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Traduction : Delphine O’Brien

Photos : Morgane Las Dit Peisson

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply