Non classé

COCK ROBIN – Interview

By  | 

Cock ROBIN

en interview

«C’est une très bonne question !
Mais je n’ai pas vraiment la
réponse… »
 
    
COCK ROBIN
 
à Cavalaire – Concert gratuit
 

« C’est une très bonne question ! … Mais je n’ai pas vraiment la réponse… »

  
  
 

Morgane L : L’histoire de la création de Cock Robin …
Peter Kingsbery : La création du groupe s’est basée autour de deux individus, Anna Lacazio et moi. On avait tous les deux des groupes individuels, moi j’étais fan de son groupe et elle était fan du mien ! De mon côté, je cherchais un clavier pour un nouveau groupe et elle est venue avec un petit Casio car elle n’avait pas de clavier – elle m’avait menti (rires) – et Cock Robin est né comme ça. On a réalisé à ce moment là qu’on avait même jamais chanté ensemble jusque là mais on avait vraiment un feeling.
.

Cock_Robin2

Pourquoi avoir dissous le groupe en plein succès ?
Au début des années 90, Anna avait envie de quitter le groupe. On avait des soucis avec notre maison de disques et dans l’ensemble, elle ne savait plus trop où elle en était…
Elle n’était même plus sûre de vouloir continuer dans la musique. Elle a fait plusieurs jobs et même été Dj pendant des années après la fin du groupe.
On a tenté de se retrouver plusieurs fois, de recommencer, mais les circonstances n’étaient pas simples, ce n’était jamais le moment.

Carrière solo …
J’ai toujours été auteur-compositeur et quand le groupe s’est dissous, je n’avais pas de raison de m’arrêter de créer des choses.
Ce n’était pas mon souhait de me lancer dans une carrière solo, j’aurais préféré que le groupe continue car pour un compositeur, il était plus intéressant de penser à des morceaux pour deux lignes de voix plutôt qu’une seule.
Pour moi ça n’avait aucun sens de recommencer en solo. ça s’est fait un peu contre mon gré mais c’est vrai que ça a été une très belle expérience, ça m’a permis de chanter « Only the very Best » de Michel Berger par exemple, que je chante toujours pendant les concerts de Cock Robin.
C’est une chanson que l’on chante bien ou que l’on ne chante pas ! (rires)

La reformation du groupe en 2006 …
La décision s’est en fait basée sur une chanson. J’avais posé la question à Anna car j’avais toujours envie de reformer le groupe mais je ne l’avais jamais harcelée.
Elle a écouté ce que j’avais composé, ça lui a plu, c’était peut-être aussi le bon moment dans sa vie. Par contre, composer pour un groupe qui n’existait plus depuis plus de 10 ans, le style n’était pas évident à trouver. L’essentiel, c’est qu’à la base on s’aime beaucoup. On a partagé beaucoup de choses ensemble alors si un de nous deux n’est pas d’accord ou pas satisfait, il ne faut pas insister et se forcer. L’aspect personnel a été prépondérant dans le groupe.

.

Cock_Robin1

Vous composez et écrivez seul, comment avoir le recul nécessaire pour faire les bons choix ?
C’est une très bonne question…
Mais Je n’ai pas vraiment la réponse.
Je n’aime pas tout ce que je fais mais si je ne l’aime pas, si j’ai un doute, je ne le mets pas sur l’album, simplement.

Le dernier album sorti en 2010 « Songs from a bell tower »
Cet album n’a pas vraiment de thème.
Son titre vient de l’endroit où je l’ai composé. Il est différent des albums précédents car on a choisi de faire quelque chose de beaucoup plus nature…

On a pas voulu de sampling, on voulait que ce soit joué, c’est pour ça que le son est différent de d’habitude, il est plus épuré, plus «live» car ce que vous entendrez en concert correspondra au son de l’album.

On est accros à la scène, nous sommes des musiciens à la base, on aime jouer, offrir des chansons à un public, partager notre passion avec eux.

.

COCK ROBIN
19 juillet – Esplanade Sainte Estelle
Cavalaire sur Mer – CONCERT GRATUIT
———–
29 octobre – Palais de la Méditerranée – NICE – Réservez ici !


 
Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply