COUPS DE COEUR

Christelle Chollet en interview pour son nouveau spectacle « Reconditionnée » et son livre « L’entubée »

By  | 

 

« J’ai envie de surprendre les gens ! » 

 

Année après année et retrouvailles après retrouvailles, la rayonnante Christelle Chollet ne déçoit jamais, que ce soit artistiquement ou humainement. Il suffit de l’observer avec son équipe ou avec le personnel des salles qui l’accueillent pour se rendre compte que son sourire n’est jamais une façade réservée aux médias ! Profondément bienveillante, curieuse et empathique, rien ne la comble autant que de parcourir les routes pour rencontrer et retrouver un public charmé par tant de talents (chant, comédie, piano, humour ou danse, rien ne lui résiste !) que de sincérité.

 

 

 


 

🎟️ Christelle Chollet pour son « Nouveau spectacle » au Théâtre Le Colbert de Toulon les 14 & 15 janvier à 20h30 (25.00€)  /  à L’Artéa de Carnoux-en-Provence le 16 janvier à 16h00 (27.20€)  /  à la Comédie d’Aix à Aix-en-Provence le 01 avril à 20h30

📚 Son livre L’entubée est disponible chez Kero – Calmann-Levy

Christelle Chollet et son livre « L’entubée » se font la chanson française !

 


 

 

Morgane Las Dit Peisson : Cette période chaotique a été fructueuse…

Christelle Chollet : Le plus dur, pour moi comme pour beaucoup de gens, a été l’absence de contacts physiques pendant les confinements… Pour le combler un peu, j’ai exploité à fond les réseaux sociaux en faisant énormément de vidéos et de parodies chantées de façon à maintenir un lien avec le public… On a laissé libre cours, avec mon mari, à notre imagination en utilisant bien souvent nos enfants et notre chien Jean-Michel (rires) mais j’ai aussi travaillé sur des sujets plus « sérieux »…

 

« Je passe mon temps à douter quand je crée… » 

 

Sur un nouveau spectacle entre autres… 

Quand on tourne depuis 3 ou 4 ans avec un show qui fonctionne et qui remplit les salles un peu partout, il faut, à un moment donné, se résoudre à l’arrêter car le public l’a vu et a besoin de passer à autre chose. Un spectacle doit avoir une naissance, une vie et une fin et ça devient l’occasion de se remettre dans un processus de création. Ça, c’est ce que tu penses avant de te lancer dans l’écriture… Parce que quand tu attaques, tu te dis surtout que tu n’es qu’une merde qui n’arrivera à rien ! (rires) Et c’est comme ça à chaque fois ! (rires) C’est une phase de questionnement, d’incertitudes, de craintes… Il y a la peur de ne plus avoir d’idées, de ne plus être drôle, que les gens ne viennent plus… Même si j’ai des convictions artistiques, je passe mon temps à douter quand je crée et bien que ce soit inconfortable, c’est une étape hyper constructive.

 

 

Un 6ème spectacle donc…

Le titre n’est pas encore défini – et tout le contenu non plus d’ailleurs… (rires) – mais ce qui est certain, c’est que ce sera du Chollet ! Il y aura évidemment des nouveautés parce que j’ai envie de surprendre les gens, un peu plus de personnages, une chanson de Cabrel que j’adore et que je n’ai jamais réussi à caser jusque-là parce que les sketches ne s’y prêtaient pas et tout plein d’idées que je n’ose pas dévoiler car d’ici que je sois sur scène au Colbert à Toulon chez les Lelli, j’aurais peut-être tout rebougé ! (rires)

 

 

« Laisser plus de place à mon travail de comédienne » 

 

Plus de comédie…

Dans le N°5 de Chollet, j’avais déjà amorcé quelques personnages, ça a plu au public et je dois avouer que ça m’a fait du bien de laisser plus de place à mon travail de comédienne. Quand tu es dans la peau d’un personnage, tu deviens schizophrène, tu t’éloignes un peu de toi et c’est super jouissif de pouvoir aller encore plus loin grâce à lui.

 

« J’ai toujours aimé inventer des histoires aux chansons ! » 

 

Un livre – L’entubée – a également vu le jour…

J’ai toujours aimé donner d’autres sens aux chansons ou plus exactement leur inventer des histoires ! Par exemple, quand j’entends La fille du motel d’Eddy Mitchell, je ne peux pas m’empêcher de lui créer un passé ; quand j’écoute Mon mec à moi de Patricia Kaas, j’imagine un gros blaireau qui fait du tuning et qui dit à sa femme qu’il aime bien ses airbags ; quand je repense à Alouette, gentille alouette ou à Une souris verte, je réalise qu’on est complètement dans la maltraitance animale ! (rires) Avec mon chéri on est parti de là et une chanson en appelant une autre, ça a donné tout un bouquin !

© Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson au Festival Les Royals du Rire de Mandelieu pour Le Mensuel / Photos droits réservés

 


 

Interview parue dans Le Mensuel n°427 de janvier 2022

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply