INTERVIEW

Bastian Baker en interview pour Le Mensuel en 2013

By  | 
Bastian Baker

en interview 

bastian-baker-interview-2013-A

 

 


BASTIAN BAKER
 
 
  

 

« Pouvoir défendre son album sur scène

est un magnifique cadeau ! »

Bastian Baker est jeune mais malgré son allure juvénile, il sait parfaitement ce qu’il souhaite faire de son existence. Auteur-compositeur-interprète, à vingt-deux ans à peine, le jeune homme, né dans le pays de l’horlogerie, semble trop bien connaître la valeur innestimable du temps pour le laisser s’écouler bêtement devant lui. Deux albums en poche et des idées très certainement plein la tête, l’artiste ne rêve que d’une chose, vous rencontrer pour vous présenter ses compositions qui ne devraient pas vous laisser de marbre, lui qui a déjà séduit la production belge de The Voice qui lui a offert une place parmi le jury aux côtés de Natasha St Pier.

 

   

bastian-baker-interview-2013-DMorgane L : Ta tournée française commence en novembre, tu as hâte ?
Bastian Baker : Oui, oui j’ai vraiment hâte ! C’est vrai qu’on a fait énormément de choses cette année, un petit peu partout mais pas forcément dans les pays qui sont prévus pour la fin d’année, donc j’ai envie de partir à leur rencontre. En France, jusqu’à maintenant, on a surtout joué à Paris et même si c’est très bien, ce n’est pas forcément représentatif de ce que peut être la France dans son ensemble. Je me réjouis de voir de nouvelles têtes et de nouvelles cultures !

Tu n’as que vingt deux ans et pourtant, tu viens de sortir ton second album…
Je suis jeune mais l’air de rien, vingt deux ans, ça fait quand même pas mal de souvenirs ! (rires) Et justement, ce qui est assez cool avec ce deuxième album c’est qu’il va nous rajouter de la matière pour le live. Je joue énormément de basse sur scène, j’adore ça et là, grâce au contenu de ce second disque, on va pouvoir aller encore plus loin dans la recherche artistique, dans les enchaînements et les arrangements. C’est excitant de pourvoir tourner avec toutes ces nouveautés, j’espère que ça plaira au public…

Too Old To Die Young est donc sorti en Suisse au mois de septembre…
Exactement, il est sorti le 27 septembre en Suisse et on a eu une chance monstrueuse puisqu’il s’est classé numéro 1 des charts officiels dès la première semaine, c’était assez génial comme nouvelle ! (rires) Il est également sorti en Belgique et en France mais il faut que je bosse encore un peu pour que ça se passe aussi parfaitement qu’en Suisse. Les concerts nous serviront à ça, à convaincre les gens, à leur faire découvrir nos morceaux… On est là pour aller chercher les gens chez eux. Pour moi, c’est la seule manière qui vaille. J’ai toujours plus ou moins fonctionné comme ça, en faisant énormément de live dans beaucoup d’endroits différents et en allant chercher les gens. Une tournée, c’est primordial.

La scène reste la meilleure vitrine pour lancer le bouche à oreille ?
J’en suis persuadé et puis j’estime que le live est un gage de crédibilité et pouvoir défendre son album sur scène est un magnifique cadeau.

Dans quel état d’esprit étais-tu lors de la réalisation de cet album ? As-tu ressenti le fameux stress du second disque ?
Je n’ai pas l’impression d’avoir eu une pression supplémentaire pour ce deuxième disque car, avec le recul, le plus inattendu et le plus étrange à gérer, ça a été le succès du premier titre sorti avant même que le premier album ne soit prêt. Le premier était donc attendu et le deuxième est attendu au tournant… Mais j’ai la chance d’être un artiste indépendant, j’arrange et je produis moi-même mes albums et j’en fais même la promo (rires)

Pourquoi avoir eu envie de sortir un second album aussi rapidement ?
Le premier album est un recueil de chansons que j’avais écrites entre 15 et 19 ans qui donc datait déjà un petit peu. Mais c’est vrai que j’ai beaucoup écrit sur la route, je suis quelqu’un de très spontané et dans l’immédiateté. Plutôt que de laisser traîner mes chansons dans un tiroir pendant des années, je suis assez d’avis de les sortir rapidement même en simple single. J’ai toujours envie d’avancer.



Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel
Interview parue dans l’édition n°342 de Novembre 2013
bastian-baker-interview-2013-E

Dates de tournée ici
Retour aux interviews

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply